Chapitres d'Estel -> Tribune libre -> Eadren Fairië
 
Eadren Fairië
Les Libres Frontaliers
Capitaine des Libres Frontaliers

Messages : 114
Message Posté le: 21/11/2008 à 18:12    
 

Eadren Fairië


Renseignements

Personnalité
- Simple et discret.
- Humble et respectueux des autres.
- Fier et orgueilleux (dans le sens noble du terme, celui d'avoir de l'amour-propre).
- Peu joyeux de nature, la plupart du temps ses pensées sont centrées sur la Lutte contre L'Ennemi.
- Voue une Haine farouche aux Orques.
- Très sensible au bien-être et à l'Unité du groupe.
- Organisé, Méthodique, Ordonné, Rigoureux, Discipliné.
- Peu tolérant envers l'indiscipline, l'impolitesse, l'incorrection.

Description physique
- 1m85, corps musclé et puissant.
- Visage large et anguleux.
- Cheveux longs gris argent.
- Yeux bleus.
- Cicatrice au niveau de l'oeil droit.
- Arbore quasiment toujours la couleur grise sur son équipement.


En détails ...
NomEadren Fairië
Signification du nom :Fairië = Liberté (en Quenya). Son vrai nom est Heferd.
Dates :Né en 2995 du 3A dans une Ferme du Sud de l'Ouestfolde
Ethnicité :Fermiers de l'Ouestfolde
Culture :Rohir
Signes particuliers :Cheveux et tenue Gris Argent - Cicatrice sur le visage
En gameplay :Capitaine




Dernière édition par Eadren Fairië le 6/01/2010 à 09:50; édité 97 fois
Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
www
 
Eadren Fairië
Les Libres Frontaliers
Capitaine des Libres Frontaliers

Messages : 114
Message Posté le: 6/05/2009 à 18:45    
 

Présentation


Image


- Forth Eorlingas -


Eadren Fairië est un Rohir de 23 ans attaché à la culture et aux traditions de son peuple. De son Passé dont il ne parle jamais ses proches ne savent que peu de choses, seulement qu’il est simple Fils de fermier et que les raisons de sa venue en Eriador restent liées à un déracinement brutal et douloureux des Terres du Riddermark.

C’est un Homme discret, simple et lié par l'Honneur, donc sans grande originalité. Le genre d'Hommes que vous ne remarquerez pas dans une Auberge bien garnie. Il arbore le Gris Argent en lieu et place du Vert traditionnel du Peuple de La Marche. Capitaine de formation, Fourbisseur, Homme d’Armes animé d'une volonté quasi-obsessionnelle de lutter contre les Forces de L’Ombre, ceci l'amenant par voie de conséquence à relativiser souvent tout autre sujet et à le reléguer à moindre importance.

Il a fondé à Bree La Confrérie des Libres Frontaliers dont il est le Guide, qui agit dans le même but que les Rôdeurs du Nord et selon une organisation similaire. Il a dédié son coeur au développement d’une Ame commune soudée.

Sans aucune Hésitation et le Coeur battant, il a également rejoint L'Ost des Rohirrim le Jour de la Fondation de celui-ci par Eothred Isenfold, à la suite de la demande du Maréchal Erkenbrand de rassembler L'Eored exilée d'Eriador.



Image




Dernière édition par Eadren Fairië le 18/02/2009 à 22:42; édité 12 fois
Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
www
 
Eadren Fairië
Les Libres Frontaliers
Capitaine des Libres Frontaliers

Messages : 114
Message Posté le: 17/05/2009 à 16:43    
 

Livre de Vie


Où sont maintenant le cheval et le cavalier ? Où est le cor qui sonnait ?

Où sont le heaume et le haubert, et les brillants cheveux flottants ?

Où sont la main sur la corde de la harpe, et le grand feu rougeoyant ?

Où sont le printemps et la moisson et le blé haut croissant ?

Ils ont passé comme la pluie sur la montagne, comme un vent dans les prairies ;

Les jours sont descendus à l’ouest dans l’ombre derrière les collines.

Qui recueillera la fumée du bois mort brûlant,

Ou verra les années fugitives de la Mer revenant ?



Image




[Chanson traditionnelle de Rohan – Le SDA, Livre III, Chapitre VI.]




Dernière édition par Eadren Fairië le 17/05/2009 à 16:56; édité 3 fois
Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
www
 
Eadren Fairië
Les Libres Frontaliers
Capitaine des Libres Frontaliers

Messages : 114
Message Posté le: 17/05/2009 à 16:49    
 

Une Ferme dans L'OuestFolde


Image



- Octobre 2995 3A – OuestFolde, Royaume de Rohan -



Le Hameau de Fermes se blottissait le long de la route qui menait d’Edoras au Nord Ouest vers La Trouée de Rohan, les Gués de l’Isen et Nan Curunir, à un peu plus d’une demi-journée de carriole de la Cité Royale. Quatre Maisons aux toits de chaume bas, recroquevillées sur elles-mêmes comme pour mieux se protéger de l’immensité de l’espace environnant. Trois bâtiments complétaient ce qui pouvait difficilement être appelé un village, bien que la solitude qui les entourait conférait au petit groupe d'habitations le sentiment sécurisant d’une relative importance. Une sorte d’Entrepôt où étaient stockées pêle-mêle les récoltes variées provenant des Terres vertes et fertiles, le petit Moulin qui permettait le broyage des céréales et la fabrication du pain, et enfin l’Etable commune où cohabitaient les quelques vaches, chèvres, cochons, et les quatre chevaux. Un par famille.
Autour du Hameau se trouvaient les champs cultivés, l’or de ces Fermiers. Quelques hectares de Lin pour les textiles, mais principalement des cultures céréalières et maraîchères, fruits et légumes. Le produit de ces derniéres assurait d'abord la survie des Familles, et pour la plus grande partie se destinait à alimenter le marché d’Edoras. Acheminées deux fois par Lune jusqu’à la capitale, les Récoltes y étaient échangées contre les produits de première nécessité dont les Fermiers avaient besoin : Quelques animaux de bât ou d’élevage, des matériaux divers, et des outils issus des forges royales, faits dans les minerais acheminés depuis Gondor. Le Royaume était peu généreux en la matière.

Au delà des Terres travaillées par les Fermiers s’étendaient vers le Nord les grandes prairies de l’Ouestfolde, une mer inhabitée verte ou ocre selon les lois des saisons, dont les vagues d’herbes hautes soumises au vent n’étaient interrompues que par le brun des effleurements rocheux. Seuls y vivaient les éleveurs de chevaux, y menant une existence nomade au gré des déplacements des troupeaux sauvages, voguant de plaine en plaine au sein des grands herbages. Une Nature belle et rude, comme l’étaient les gens de ce pays, descendants d’Eorl le jeune venu s’installer dans l’ancien Calenardhon cinq cent ans auparavant.

C’était ici que vivait Bregured Heferd et sa famille, lorsque Eadren vint au monde par un jour d’automne, cadet de deux ans de la jolie Enea.




Image




Dernière édition par Eadren Fairië le 8/07/2009 à 16:36; édité 3 fois
Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
www
 
Eadren Fairië
Les Libres Frontaliers
Capitaine des Libres Frontaliers

Messages : 114
Message Posté le: 17/05/2009 à 16:55    
 

Enfance d'un Rohir


- 2995 / 3012 3A – OuestFolde, Royaume de Rohan -



Bregured était un Homme de grande taille, aux cheveux et à la barbe couleur d'Argent. Bien qu'il n'y soit pour rien, cela constituait son seul signe d'originalité, les Rohirrim étant majoritairement blonds. Pour le reste le Père d'Eadren ne se différenciait guère des autres. Les rudes exigences du travail de la Terre avaient lentement façonné son corps vigoureux au fil des années. Comme son Père et son Grand-Père avant lui, il exploitait sans relâche la Ferme familiale. Peu bavard, un Esprit bourru mais cependant Juste et Droit. Dans sa Vie l'accompagnait Eywea, la mère d’Eadren, qui s’affairait elle aussi aux champs, ainsi qu’Enea, l'ainée des Enfants.


L’Enfance d’Eadren s’écoula telle un Torrent bouillonnant de Vie. Les Jours s’écoulaient toujours trop rapidement, partagés entre les travaux de la Ferme et des Champs, les jeux avec les autres Enfants du Hameau, et les moments passés autour de Taradh, le Cheval familial.

De la Terre longuement travaillée, jour après jour, année après année, Eadren apprit la Patience et le Respect des choses de la Nature, celui des Personnes et l’Humilité, enfin l'Ordre et la Rigueur. La Terre façonna son Ame et son Corps, et l’Adolescent qu’il devint arborait déjà des muscles solidement développés.
Les jeux d'Enfance disparurent peu à peu et le Temps qui lui appartenait se trouva désormais consacré d’une part à l’Apprentissage de la monte, très tôt selon la Tradition Rohir, d’autre part à l’Entraînement à l’Art du Combat avec Ruther et Vecteroc, ses Amis et Fils des voisins. Limité aux Armes de fortune en bois et aux Techniques que les Garçons s'imaginaient, l’Entraînement restait cependant limité à une initiation brouillonne, de par l’absence d’un Maître d’Armes. Et ce malgré les nombreuses heures passées à se battre avec Détermination, témoignées par de constants bleus sur les membres.

Des nombreux moments vécus parmi les autres Enfants, douze au total, Eadren fit sien le Bonheur que peuvent procurer les Relations Sociales au sein d’un Rassemblement de personnes. Il devint très sensible et respectueux de l’Identité du Groupe en tant qu’Entité propre, et des Vertus véhiculées par celui-ci. Fierté personnelle d'appartenance à une Communauté, constituée de bien plus que le simple ajout des individus, et capable de bien plus, nécessité au sein d'un Monde incertain. Assurément, il serait des Hommes qui portent durant leur Vie un Blason avec un grand Attachement et un Honneur sans faille, de ceux qui se soucient du bien-être de La Communauté avant le sien propre, car ainsi doivent aller les choses.

Mais les moments qui marquèrent sans aucun doute le plus son Enfance et son Adolescence, façonnant son Etre et sa Destinée, furent les passages des Bardes itinérants. Bien que ceux-ci soient trop rares à son goût, ils étaient réguliers, de par la situation géographique privilégiée du Hameau. Les Conteurs qui voyageaient entre Fort le Cor et Edoras acceptaient volontiers le couvert et le gîte, livrant en échange partie de leurs Talents et de leurs Connaissances. De Contes, d’Histoires, de Nouvelles et de Chansons, ils étaient les seuls Transmetteurs du Savoir au Rohan, selon la Tradition strictement orale du Royaume.
Ces soirées autour du feu constituaient une source sans cesse renouvelée d’Emerveillement pour le jeune Eadren, qui dévorait avidement chaque mot partagé. C’est ainsi, découvrant petit à petit par l’Esprit ce monde qui l’entourait et qu’il ignorait, qu’il prit conscience de l'Identité du Royaume de Rohan, son Pays, de son Histoire, de celle de ses Hommes et de leurs Ancêtres. L'appartenance à cette Identité développa chez Eadren une grande Fierté et en lui émanèrent progressivement de profonds Sentiments de Loyauté, de Courage et d’Honneur, Traits propres à ceux de sa Race. Cette émergence se trouva forcément confrontée à sa propre Existence et à la Destinée qu’il pouvait s’allouer. Il éprouvait à la fois l’envie de devenir Homme d’Armes, un Cavalier du Rohan au métier de Guerre et de Protection du Royaume. Mais son Humilité et l’Amour de la Terre l’amenaient également à considérer avec Devoir et Respect sa condition Familiale et Paysanne comme partie nécessaire d’un tout.




Image


Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
www
 
Eadren Fairië
Les Libres Frontaliers
Capitaine des Libres Frontaliers

Messages : 114
Message Posté le: 8/07/2009 à 14:31    
 

Les Elfes


Image



- 3013 3A – Edoras, Cité Royale de Rohan -



Ce fut lors d’une visite de commerce à Edoras qu’Eadren vit pour la première fois des Elfes. Il en fut stupéfait, réaction bien légitime de la part d'un jeune Fermier Rohir. Mais n'eut point de Peur ni de Rejet vis à vis d'eux, contrairement à la quasi-totalité de tous les siens. Il accorda au contraire un grand Intérêt aux Premiers Nés. Plusieurs familles Elfiques marquaient une pause dans La Cité Royale, sur leurs habituels trajets les menant de leur lointain Pays d’Ered Luin situé au Nord Ouest, jusqu'au Gondor où ils avaient maintes amitiés. Sur leur passage et alors qu'ils gravissaient les ruelles menant à Meduseld où le Roi leur offrait par Tradition son Hospitalité, les Habitants d'Edoras s'écartaient ou se retournaient, se cachant derrière les étalages du Marché. Seule la Froideur accompagnait le passage des Voyageurs, ainsi qu'une Grande Peur, de celles qu'on lie à l'Inconnu. Eadren ne comprit pas pourquoi les siens réagissaient ainsi. S'ils étaient différents des Rohirrim, les Elfes étaient tout comme eux des Gens de Bien, Représentants des Peuples Libres de La Terre du Milieu. Il avait tout retenu de La Dernière Alliance des Elfes et des Hommes, qui lors du Second Age avait mis un terme aux viles prétentions de Sauron. Il ne pouvait y avoir que du bon en ces Etres, quand bien même certaines Légendes leur conféraient d'étranges pouvoirs, et quand bien même ils étaient différents des Hommes. Avoir peur d'eux lui semblait naturellement stupide.

Il observa de loin leur Grâce naturelle et leur façon si légère de se mouvoir, n’osant s’approcher d’eux, jusqu'à ce qu'ils aient pénétré dans le Château d'Or. Le Soir venu, sur le Chemin du retour vers la Ferme, son Esprit ne pouvait se détacher des Elfes aperçus et de toutes les Histoires contées à leur sujet.

Le lendemain, alors qu’il travaillait aux Champs, quelle ne fut pas sa surprise et son excitation de les voir apparaître sur la Route d'Edoras, reprenant leur long Voyage vers le Nord Ouest. Bien que les Fermiers soient eux aussi fort méfiants envers les Elfes, la plupart des Enfants du Hameau se précipitèrent spontanément vers eux, Eadren leur apportant un grand broc d'Eau. Le contact jovial et chaleureux forma le ciment d’une amicale rencontre entre tous, les Parents finissant par s'approcher des Visiteurs. Si bien que les Elfes marquèrent une pause au Hameau. De ce moment partagé, Eadren fut marqué par la Gentillesse et la profonde Sagesse qui émanait de ces Gens, et par une jeune Elfe discrète et timide.




Image


Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
www
 
Eadren Fairië
Les Libres Frontaliers
Capitaine des Libres Frontaliers

Messages : 114
Message Posté le: 9/07/2009 à 16:04    
 

Des Ailes Noires dans le Ciel


Image


- 3013 / 3017 3A – OuestFolde, Royaume de Rohan -



La situation du Royaume évolua d'inquiétante façon au fil des Ans. Les visites des Bardes s’espacèrent alors que celles des Cavaliers et des Hommes d'Armes de passage se faisaient plus nombreuses. Tous apportèrent de sombres nouvelles sur la situation politique et militaire de La Marche. Rohan avait certes toujours été soumis à la menace et aux incursions des Orques depuis sa création en 2510. Mais à présent une Ombre s’étendait progressivement depuis le Nord Ouest sur le Royaume des Eorlingas, toujours plus menaçante. En nombre, de Grands Orques descendaient depuis l'Isengard, s’aventurant toujours plus prés des Gués de l’Isen, et de folles Rumeurs prétendaient que le Magicien d’Orthanc, pourtant Ami des Rohirrim, s'adonnait maintenant à de sombres Desseins. Les Dunlending entraient également régulièrement dans le Riddermark, pillant et ratissant les camps isolés, volant les Mearas par troupeaux entiers, rendant tout l’Ouest du pays plus qu’incertain. Les Ranchs des Cercles extérieurs de L’OuestFolde étaient pillés ou abandonnés par les Eleveurs fuyant le Danger. Et de nombreux Oiseaux noirs parcouraient le Ciel de Rohan, jamais vus jusqu'alors en si grand nombre au dessus des Plaines. Fait inquiétant, le Roi entretenait une politique passive, ne réagissant visiblement pas aux Intrusions de L'Ennemi. Certains en provenance d’Edoras affirmaient même à demi-mot que Theoden n’était plus qu’un vieil Homme affalé sur son Trône.

Durant ces années sombres se forgea lentement mais de façon inflexible la Destinée d’Eadren. Au plus profond de lui-même, il sut peu à peu qu’il lui faudrait emprunter définitivement un autre Chemin d’existence, et qu’il ne pourrait rester heureux et surtout utile simple Fermier à cultiver la terre. Son Avenir devrait être de protéger activement son Pays et son Peuple. Les Jours présents en décidaient ainsi. Mais il lui faudrait pour cela apprendre à se battre, car les Assauts désordonnés répétés avec ses jeunes amis étaient loin de constituer un véritable Apprentissage de l’Art de la Guerre. Il lui faudrait aussi acquérir l’Autorisation paternelle de quitter la Ferme familiale, ce qui semblait de prime abord impossible à obtenir. Les Fermiers du Sud de l’Ouestfolde avaient reçu l’interdiction Royale de quitter leurs Exploitations pour aller faire la Guerre, et les Gardes qui patrouillaient régulièrement vérifiaient les faits. Et son Père, Homme juste mais rude et à l’Esprit simple ne laisserait jamais Eadren changer de voie, s’appuyant fermement sur l'Argument des Ordres en vigueur.

Ainsi grandirent peu à peu en Eadren des sentiments d’Incompréhension, de Frustration et de Colère, face à la politique passive du Roi et au danger croissant qui envahissait le Rohan, qui se traduisit par un Conflit silencieux et latent avec son Père. La frustration gagna le jeune Rohir qui devint taciturne et triste, ne retrouvant son Enthousiasme et sa Sociabilité que lors des moments partagés avec ses jeunes Amis.



Image




Dernière édition par Eadren Fairië le 10/07/2009 à 11:52; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
www
 
Eadren Fairië
Les Libres Frontaliers
Capitaine des Libres Frontaliers

Messages : 114
Message Posté le: 10/07/2009 à 15:35    
 

Le Jour sombre


- Juin 3017 3A – OuestFolde, Royaume de Rohan -



A la rivière !!! A la rivière !!!

Les cris déchirèrent la quiétude de l’après-midi. Eadren jaillit hors de l’Etable et aperçut les yeux remplis de terreur du petit Brannhed, qui s'écroula en larmes, se recroquevillant sur lui même. Les Hommes étaient tous aux Champs. Il se rua dans la Chaumière familiale, saisit l’Epée rouillée fixée au mur de la salle commune, et se mit à courir le plus vite possible. De l’autre côté de la petite Colline, à quatre cent pas du Hameau, coulait le Ruisseau, source de Vie des Fermiers, terrain de jeu de leurs Enfants. Les Femmes y étaient occupées à laver le linge.

Eadren franchit le sommet et s’engagea dans la pente à toutes enjambées. Le Torrent lui apparut bientôt, suivi des silhouettes d’Eywea et d’Enea, ainsi que des autres Femmes du Village, se pressant les unes contre les autres. Le sang d’Eadren se glaça alors d’Effroi, lorsqu’il le vit. Faces à elles, là où il s’attendait à voir un Loup, se tenait une grande et puissante Créature à l’aspect hideux, le visage frappé d’une main blanche, sans doute peinte. Il n’avait encore jamais vu d’Orque, car jamais ceux-ci ne s’aventuraient aussi loin dans le Sud, mais les récits des Bardes itinérants dont il s’était abreuvé avaient suffisamment détaillé ces Créatures de l’Ennemi pour qu’il la reconnaisse sans hésitation.
Une Peur terrible envahit Eadren. Il n'eut pourtant pas d'hésitation, car aucun autre Choix ne lui était possible que d'affronter le Danger. Il était le seul à pouvoir le faire à cet instant, et son Devoir était de protéger les siens. En l'espace d'un instant il devait devenir Homme.

Il se rua en avant, criant à pleins poumons « Rohan ! Rohan !!! » comme il l’avait fait tant de fois en jouant, comme pour mieux repousser la Terreur qui l'avait submergé. Il s’arrêta à quelques mètres de l’Uruk, se campa sur ses jambes, tremblant, et se mis en garde. L’Orque le dépassait de deux têtes, lui était largement supérieur en puissance, et il brandissait une longue et grossière Epée à l’extrémité recourbée telle un crochet. Il détourna son attention des proies faciles qui l’attendaient pour faire face à Eadren, lacha un rire rauque puis poussa un cri effrayant et inhumain. Ill fonça alors sur le jeune Rohir, levant son Epée et abattant celle-ci dans un enchaînement de coups d’une grande violence. Eadren para tant bien que mal le premier, chancelant sous la puissance de l’impact, puis ceux qui suivirent, titubant, trop frêle face à la force adverse, reculant plus à chaque fois. L’Acier hurlait dans un bruit effroyable, et des éclats de métal s’arrachaient de la lame rouillée du Rohir.

L’Uruk marqua un court répit. Profitant de l’occasion, Eadren rassembla toutes ses forces et prit son élan pour lui asséner un grand coup circulaire à hauteur de taille, son coup favori lors des entraînements communs aux armes de bois. Mais l’Orque vit facilement venir ce coup prévisible, parant de toute la surface de sa Lame sombre. La Lame familiale des Heferd explosa sous l’impact, les débris de l’Acier rouillé s'éparpillant sur le sol. Dans la main d’Eadren ne restait plus qu’une poignée prolongée d’un infime et ridicule tranchant biseauté.

L’Uruk poussa un cri rauque de triomphe, les yeux emplit de cruauté, et leva une nouvelle fois son Arme. Désemparé et cédant définitivement à l’Affolement, Eadren recula. Au moment où la lourde Epée s’abattit sur lui avec Violence, il se jeta en arrière afin d’esquiver. Il sentit le souffle de la Lame balayer son visage et sa vue se brouilla, les yeux aveuglés par un liquide tiède. Saisi par la douleur, il porta ses mains à son visage, tituba et tomba à genoux.

L’Uruk reporta son attention sur les Femmes, dont les cris redoublèrent lorsque Eadren fut touché. Balayant de sa manche le Sang qui brouillait sa vision, le Rohir aperçut avec Horreur l’Epée se lever une nouvelle fois, au dessus de sa Mère et de sa Sœur. Dans l’énergie du Désespoir, il se releva et se rua en avant, hurlant de toutes ses force. A moitié aveuglé par sa blessure, son pied butta sur l’extrémité d’un des rochers affleurant le sol et il tomba en avant, sa tête heurtant lourdement le sol. Il gît là, immobile, un Brouillard sombre envahissant son Esprit.


Lorsque Eadren revint à lui, on s’affairait autour de lui et ses plaies au crâne et au visage avaient été pansées. Il se trouvait toujours prés du ruisseau, et le soir était arrivé, étendant les Ombres et enveloppant les Collines d’une pâle Lueur grisâtre. Une violente douleur lançait sa tête, et sa joue droite le brûlait, bien qu’il puisse jouir de l’usage de ses deux yeux. Il s’assit péniblement, tandis qu'Ehodred qui se tenait prés de lui appelait les autres.

Le corps de l’Uruk gisait, face contre terre, deux flèches fichées au milieu du dos. A quelques mètres, tous les Gens du Hameau étaient rassemblés là en compagnie de deux Etrangers, des Cavaliers Rohirrim d'aprés leurs tenues. Cela faisait trois jours qu'il poursuivaient l'Uruk vers le Sud, depuis une Escarmouche survenue vers l'Isen. Les visages étaient fermés, et le silence emplissait le vallon, seulement troublé par le bruit de l’eau qui s’écoulait entre les pierres. De temps à autre, les pleurs étouffés des Femmes du village se faisaient entendre. Au centre de l’attroupement gisait le corps brisé et sans vie d’Enea, sa sœur, baignant dans son Sang. Il se leva d’un bond et se précipita vers elle, hurlant de douleur. Les Hommes avaient replacé la tête de la jeune Fille, que l'Uruk avait séparé du corps d'un seul coup d'Epée. Eadren ne put supporter cette vision, qui s'ancra au plus profond de son Esprit pour toujours. Le jeune Homme s'écroula une nouvelle fois, en d'inconsolables sanglots, recroquevillé sur lui-même.

Pour toute une Vie, cet instant façonna en lui une Haine farouche et implacable envers les Orques. Et une unique Volonté, les combattre sans aucune relâche. Jusqu’au dernier d’entre eux comme si cela lui permettrait d’y noyer son chagrin et de trouver enfin l'Apaisement. Il n'était plus Fermier, mais l'Ennemi des Orques.



Image




Dernière édition par Eadren Fairië le 11/07/2009 à 14:14; édité 3 fois
Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
www
 
Eadren Fairië
Les Libres Frontaliers
Capitaine des Libres Frontaliers

Messages : 114
Message Posté le: 6/01/2010 à 09:50    
 

Exil


Image


- Octobre 3017 3A – OuestFolde, Royaume de Rohan -



Durant de longues semaines, Eadren ne parla quasiment pas, s’isolant dés que possible, ne partageant même plus son temps libre avec ses jeunes amis, ne répondant pas aux mots de ceux qui tentaient de lui redonner le sourire. La plaie s’était refermée sur son visage, lui laissant une trace nette et définitive. Pour accompagner celle ancrée en lui.
Un soir, au cours du dîner, il prit enfin la parole pour annoncer à son père sa volonté de devenir Cavalier du Rohan et de brandir la Lance afin de défendre le Royaume. Une violente dispute s’ensuivit, son Père ne voulant rien savoir, Eadren ne voulant non plus de son côté entendre raison. A la suite de quoi le jeune Rohir s’emmura encore plus dans l’incompréhension.

Une saison s’écoula avant que les Elfes ne revinrent à nouveau. Ils partagèrent un long moment d’échanges, apprenant aux Gens du Hameau qu’il s’agissait maintenant de leur dernier retour depuis Gondor. Le monde se troublait progressivement rendant les routes trop incertaines et dangereuses, et désomrais ils resteraient à l’Ouest. A l’aube suivante, les Elfes reprirent leur route en chantant, non sans qu’Eadren ait pu cette fois-ci partager quelques paroles avec celle qui portait le nom de Yeleiyne.

Eadren partit au milieu de la nuit suivante.

Ne sachant pas écrire, comme la plupart des gens du Rohan, il laissa simplement sur la grande table la poignée de l’Epée rouillée, la Lame brisée pointant vers le Nord et l’Ouest. Quitter la Ferme et ses Parents lui déchirait le cœur, sa Décision forgée était pourtant irrévocable, une Force profonde et incontournable le poussait dans cette direction.
Le passage des Elfes était une chance à saisir, pourvu qu’ils l’acceptent parmi eux. Il était hors de question de rejoindre dés à présent le Front Nord du Rohan, il était loin d’être prêt pour cela, et de plus il risquait trop d’être découvert. Bien que cela lui en coûta, il savait qu’il lui fallait patienter pour l’heure et accepter un Exil temporaire en Eriador. Là bas, loin du risque d’être découvert, et dans un Pays encore en quiètude de ce qu’il en avait entendu des Bardes, il pourrait apprendre à s’y battre vraiment, ainsi qu’à forger des armes. Il n’oublierait jamais la Lame rouillée qui s’était brisée. Il connaissait à présent la valeur des Armes sans lesquelles toute survie est impossible. Pour cela il avait payé le prix fort. Loin du Rohan il serait pour un temps en sécurité afin de se consacrer aux Formations indispensables à ses Desseins. Mais il n’avait déjà que trop hâte d’être de retour au Riddermark …



- Décembre 3017 3A – Falathlorn, Ered Luin -


Il rattrapa le Groupe au crépuscule suivant, leur demandant humblement de lui accorder Protection. Les Elfes discutèrent un long moment qui lui parut durer une éternité, puis celui qui semblait être le Père de Yeleiyne s’adressa à lui, lui demandant d’abord son nom. « Voici une demande bien surprenante, jeune Eadren. Mais il nous semble, du Monde tel que nous le voyons aujourd’hui, que de grands bouleversements se préparent et ceci à tous les niveaux de la Vie. Du peu qu’il m’a été donné de connaître de toi, j’y ai vu la capacité à rassembler. Je vois à présent de fermes intentions guidées par une profonde conviction. Le monde des Hommes va avoir besoin de toutes ses forces vives, Eadren. » L’Elfe marqua une courte pause et reprit avec un sourire. « Eadren … Fairië, la Liberté telle que la nommaient dans la plus noble de nos Langues les très Anciens par delà la Mer. De ceux qui donnent ou redonnent l’Espoir. Nous acceptons ta compagnie, si tant est que notre Destination convienne à tes Desseins, et nous t'aiderons dans ta Quête. »

Le Voyage dura prés de deux mois, et se déroula sans encombres, malgré les Territoires parfois hostiles traversés, comme si les Elfes profitaient d’une protection invisible qui leur faisait éviter toute mauvaise rencontre. Eregion, Imladris, la Trouée des Trolls, les Terres Désolées, Bree, La Comté et enfin l’Ered Luin, autant de lieux différents et beaux qu’Eadren découvrit avec curiosité et un intérêt jamais assouvi.
Il fut autorisé à s’installer en Falathlorn au sein de la famille de Yeleiyne. Très vite il put profiter du talent des Artisans Elfes et commença sa formation de Forgeron à la meilleure enseigne possible. Il fut également accepté en tant que jeune Disciple au sein d’un petit groupe s’entraînant sous la tutelle d’un Maître d’Armes. Plusieurs mois passèrent au cours desquels Eadren poursuivit ses Apprentissages et développa une solide Amitié avec Yeleiyne, échangeant tous deux avec un grand intérêt tout ce qui pouvait l’être de Peuples et de Cultures si différents.

Lorsqu’il fut jugé capable de se battre pour protéger sa Vie et celle des autres, Eadren émit le désir de quitter l’Ered Luin afin d’aller vers l’Est. Même si les Gobelins causaient des troubles dans les Montagnes Bleues, les plus gros problèmes venaient du nord et de l’Angmar et menaçaient le centre de l'Eriador. Le Rohir aspirait à venir s’y battre et se rapprocher ainsi du Royaume de Rohan qu’il espérait rejoindre au plus vite. Il choisit donc Bree, cité des Hommes, afin de venir y achever ses Formations et joindre son épée aux Armées des Peuples Libres.
Il partit un matin, après avoir longuement remercié ses hôtes pour leur Bienveillance, et s’être mutuellement promis avec Yeleiyne de se revoir.



Image




Dernière édition par Eadren Fairië le 13/07/2009 à 18:33; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
www
 
    Chapitres d'Estel -> Tribune libre Sujet précédent :: sujet suivant