Chapitres d'Estel -> Tribune libre -> Hríviel
 
Hríviel
Messagers du Lond Daer
Responsable de l'Etude

Messages : 9
Message Posté le: 30/07/2008 à 19:42    
 

Hríviel


Image


Avant que les jours récents ne voient la bannière du Cerf d'Argent flotter à nouveau sur le port du milieu, l'histoire de Hríviel était apparemment ancrée au destin des Royaumes du Cardolan et de l'Arthedain, au sein desquels elle aurait vécu des siècles paisibles en restant étrangère aux guerres ébranlant ces terres. Désormais, c'est sous les couleurs des Messagers du Lond Daer que cette Elfe se présente à ceux la rencontrant, bien que la nature exacte de son rôle au sein des Messagers reste souvent nébuleuse...

Personnalité
La décrivant, ceux l'ayant rencontré diront de cette Elfe qu'elle est sobre, à moins qu'ils ne la disent disciplinée, ou ne la qualifient de froide, et d'ascétique. Autant de mots justes, car si elle dévoile occasionnellement sarcasme, amusement, agacement, ou tristesse, pareils moments sont suffisamment rares pour échapper à quiconque ne la fréquente qu'une poignées de minutes. Le silence dans lequel Hríviel est souvent drapée marque sans doute lui aussi la mémoire de ceux la découvrant, bien que d'autres pourraient tout aussi bien affirmer l'avoir entendu parler des heures durant...

Description physique
Tant par sa silhouette que par son port de tête, ou au travers de détails infimes au creux de ses gestes et de sa démarche, il est aisé de deviner que cette femme fut amenée à porter les armes dans le passé. Aux yeux attentifs ce constat est d'autant plus évident, car si les tenues amples et les robes qu'elle affectionne désormais recouvrent et voilent souvent cicatrices et marques, ses mains ont conservé leur ancienne rudesse.
Le temps s'étant écoulé depuis ces années martiales, il arrive cependant qu'une ombre de lassitude courbe occasionnellement ses épaules, donnant un éclat moins dur à ses yeux gris.


Compléments :

  • Aux yeux des Elfes :

    Que cela soit pour son regard pénétrant, son apparence, ou encore pour d'infimes indices devinables dans son attitude et ses gestes, vous reconnaissez Hríviel comme l'une des Noldor. Pour peu que vous ayiez fréquenté Imladris au cours des derniers siècles, vous pourriez meme l'y avoir déjà aperçue...

  • Aux yeux des Hobbits, Nains, et majorités des Hommes :

    Sensiblement plus grande que la plupart des femmes Elfes que vous avez croisé dans votre vie. De longs cheveux noirs parsemés d'éclats de lumière rousse contrastant nettement avec la pâleur de sa peau, et un visage aux traits fins surplombés d'un regard abritant une flamme discrète.

  • Aux yeux de la plupart des PNJ non-Elfes : (souvent sous-entendu dans les textes)

    A ceux-là Hríviel apparaît comme une femme des Hommes, de haute stature et aux gestes mouvements emplis d'autant de quiétude que d'assurance. Un visage aux traits que le temps commence à éroder et quelques mèches argentées dans ses cheveux laissent supposer qu'elle est proche de la quarantaine. Plus que de ces quelques particularités, ceux la rencontrant tendront à se souvenir davantage de son regard, tantôt confondant, tantôt incommodant, et de ses yeux au fond desquels semble danser une lueur discrète.



En détails ...
NomHríviel
Signification du nom :Fille de l'Hiver (Quenya)
Dates :Inconnues
Ethnicité :Noldo
Culture :Inconnue
En gameplay :Maîtresse du savoir




Dernière édition par Hríviel le 23/03/2009 à 16:39; édité 12 fois
Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
www
 
Hríviel
Messagers du Lond Daer
Responsable de l'Etude

Messages : 9
Message Posté le: 23/03/2009 à 16:39    
 

L'Aube à Nargothrond



Rives de la Narog, 85-1A


La gamine riait, portant tout l'innocence du monde sur ses épaules d'enfant, tandis qu'elle courait ventre à terre. De temps en temps, elle s'arrêtait soudainement pour aller fouiner une zone d'ombre, ses yeux reflétant la lueur des torches éclairant les galeries, puis reprenait sa course. Pour finir par rentrer de plein fouet, au détour d'un virage, dans un Nain occupé à tailler les pierres composant le mur. Bien que heurté au niveau de l'épaule par l'enfant, il ne broncha pas, interrompant simplement son ouvrage pour poser sur elle un regard surplombé de sourcils broussailleux. Amrúnië, peu gracieusement tombée fesses à terre, se frotta le nez, puis se releva d'un bond. Les feuilles n'étant alors tombées qu'une poignée de fois depuis qu'elle eût franchi sa première décade et atteint l'âge de l'Essecilmë, la jeune elfe dut lever les yeux pour rencontrer le regard du Nain. Visiblement gênée, elle émit un petit rire bête avant de se souvenir de ses manières et d'offrir une révérence en guise d'excuses.
- « Dîtes, dîtes, Gonnhirrim, », commença-t'elle, faute de connaître celui ou celle lui faisant face, « vous avez pas vu Findí ? »
Plus jeune qu'elle de quelques années, Findí avait comme elle vu le jour sur les rives de la Narog. Ainsi que nombre de Nains, ses parents avaient quitté Gabilgathol et les montagnes de l'Ered Luin pour venir participer à la construction de Nargothrond. Tout comme celui qui, dévisageant la jeune Noldo, tentait de cacher un sourire amusé derrière sa barbe. Peine perdue, elle s'en aperçu et opta pour un sourire mi-ravi, mi-timide.
- « Je l'ai vu trotter vers le nord-est. »
Tout à coup persuadée de voir clair dans les intentions de son amie, la Noldo frappa de son petit poing dans la paume de son autre main.
- « Elle remontait vers la surface ! »
Sans plus attendre, elle reprit son galop, prenant à peine le temps de lancer un peu protocolaire « Merci ! » par-dessus son épaule. Le Nain secoua la tête devant cette fougue, mais sans s'offusquer le moins du monde. Bien au contraire : pour avoir dû par le passé supporter la morgue du Peuple de Caranthir, et avoir dû à plusieurs reprises se retenir de leur présenter son poing, il trouvait étrangement appréciable le Peuple de Finrod...


Après être parvenue à la surface, la gamine avait effectivement fini par retrouver la trace de sa camarade de jeux ; mais, la trouvant accrochée aux robes de sa propre mère, Amrúnië en oublia l'enjeu de la course-poursuite et courut la rejoindre aux côtés de Nárindórë.
- « Emya ! »
La femme l'accueillit avec tendre chaleur, la serrant contre son coeur et l'appelant par ce nom que l'enfant s'était elle-même choisi.
- « Ae Sílarînë, melmënyä... », lui murmura-t'elle à l'oreille dans leur langue.
Nárindórë reprit alors le récit qu'elle contait précédemment à Findí, cette fois écoutée par une seconde paire d'oreilles et deux autres grands yeux.



Parchemin :
Alors que le Troisième Âge tirait à sa fin, les temps m'amenèrent à rencontrer plusieurs Eldar. Tous ayant tant d'années logées au creux du regard que, jamais, il me vint à l'esprit qu'ils aient pu être enfants à une époque.
Ce n'était qu'après leur départ pour l'Ouest qu'il me fut donné de découvrir les bribes d'anciens textes faisant allusion aux jeunes années de ces Premiers Nés...

Compilé en 12-4A
- Lihene Órëmiel Balsamine




Dernière édition par Hríviel le 14/12/2008 à 13:37; édité 4 fois
Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
www
 
    Chapitres d'Estel -> Tribune libre Sujet précédent :: sujet suivant