Chapitres d'Estel -> Tribune libre -> Anariath
 
Anariath
Visiteur

Messages : 8
Message Posté le: 30/07/2008 à 19:42    
 

Anariath


Personnalité
Seuls ceux qui ont vu les Premiers Ages de ce monde ne peuvent ignorer et comprendre les actes réalisés par les elfes du Beleriand à une époque où Morgoth siégeait au cœur de la terrifiante forteresse d’Angband. Anariath est de ceux qui défièrent les hordes et les lieutenants du Vala maudit, mais il portait alors un autre nom, qui, après l’effondrement des Royaumes noldor et la venue de l’Host d’Aman, ne devait plus être entendu parmi les elfes, ni les hommes et encore moins la progéniture maléfique qui se terrait encore dans les abîmes de ce monde.

Sinda du peuple des Eglath, Anariath était le capitaine Fendomë Galadhil de Doriath. Armuré d’acier ouvragé et de mithril, Fendomë défendait la liberté des peuples du Beleriand sur de vastes frontières. Sa lance, Calensil, faucha de nombreux ennemis sur les fronts de Doriath, Anfauglith, Mithrim, ou du Dorthonion et il n’en disputait l’art du combat qu’aux seigneurs les plus redoutés.

Fasciné par l’héroïsme tragique de ses frères noldor, il a participé à leurs côtés à d’historiques batailles et en acquis la tenace réputation d’un combattant intrépide et acharné, mais il perdit aussi de trop nombreux compagnons dans la victoire comme la défaite. Servant autrefois dans la Garde d’Elwë Thingol, il ne put empêcher la mort de son mentor Mablung ou le massacre de sa famille à Cap Balar par les Fils de Fëanor … Pas davantage que la tragédie de Gondolin qui l’épargna avec les enfants de Turgon.
D’avoir combattu aux côtés d’Hurin ou d’avoir mené le siège d’Utumno avec le Prince Herudel, ne lui auront donné qu’une certitude ; celle de l’injustice et la souffrance d’un combat face aux maïar avilis de Morgoth.

Façonné par la noble âme guerrière de Doriath, cet infatigable voyageur fonda avec Laurëlhach, le Conseil d’Annon-In-Ethir au début du Second Age, caché dans l’ancienne tour élevée par Gil Galad pour surveiller l’Ered Luin oriental. Profitant de son aura unique Fendomë Galadhil réunit les Daegwaith dispersés par les Fils de Fëanor et fonda une nouvelle Compagnie des Ombres qui cette fois-ci ne servirait plus uniquement Nargothrond ou Doriath mais parcourerait les terres pour scruter et protéger la destinée des Second Nés … Il devint Anariath et poursuivit son combat dans l’ombre et le secret.

En détails ...
NomAnariath
Signification du nom :Ancien nom : Fendomë Galadhil (Fendomë : Seuil du crépuscule / Galadhil : Dévotion des arbres)
Dates :Age des Arbres - Né aux portes du Beleriand pendant la Longue Marche
Ethnicité :Sinda de Doriath
Culture :Issu du peuple des Eglath
Signes particuliers :Ame guerrière de Doriath, forgée par les valeurs de Mablung
En gameplay :Champion


Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
 
Anariath
Visiteur

Messages : 8
Message Posté le: 11/03/2009 à 12:37    
 

Tissé d'ombre et de secret


"Père ..." La voix d'Arcamenel était faible. Les mots se glissaient dans la gorge du sinda en un sifflement diffus aux tonalités rauques. Anariath souffrait d'entendre ainsi son dernier au seuil de la condamnation. Il ne le regardait plus dans la pénombre, il devinait ses gestes lents et sa respiration douloureuse.
"Père ... regardez moi, je vous en prie. Voyez votre fils ..." Il s'arrêta un instant comme s'il avait courru à en perdre haleine "... aux portes d'un abîme de ténèbres. Vous savez Père. Vous savez pourquoi les choses sont ainsi".

Anariath se retourna, abandonnant la baie de Mithlond où le crépuscule naviguait à la limite des eaux agitées. Les étoiles étaient cachées, y compris vers l'Ouest et le guerrier n'avait jamais aimé ces signes du Temps. De la terrasse ouverte sur la chambrée de son fils, Anariath avait circulé silencieusement entre les colonnades de pierre aux sculptures florales avant de se décider à pénétrer le clos de la souffrance, ainsi qu'il avait finit par l'appeler.

Arcamenel était allongé sur le dos dans un grand lit où les tissus elfiques scintillaient faiblement sous la lumière diffuse qui pénétrait la pièce. Son torse était légèrement relevé et appuyé contre la boiserie, les cotonnades qui le maintenait ne lui offrant qu'un semblant de posture. Les soigneurs qui s'occupaient de lui avaient discrètement quitté l'endroit à la venue d'Anariath, en se signant avec respect.

"Moi qui ai abandonné les elfes du Lindon il y a si longtemps, refusant la Dernière Alliance, les voici donnant belle leçon de compassion à mon chevet". Arcamenel laissa un sourire triste fendre la paleur de son visage. Il leva sa main gauche en la tendant vers son père qui se tenait là, sa silhouette se détachant des colonnes derrière lesquelles les lueurs du port scintillaient dans les frondaisons en contrebas.
Anariath s'avança lentement et s'agenouilla devant le seigneur d'Heren Iaur en prenant sa main froide. Les traits du père étaient tirés, il avait pourtant vécu bien des souffrances, mais de voir le malheur s'abattre encore sur sa maison tant de siècles plus tard le rendait terriblement amer.

"Arcamenel, mon cher fils, j'ai voyagé jusqu'aux désolations du Nord, pénétré les terres d'Angmar, rejoint les rares bastions d'espoir ... et je l'ai cherché. Des hommes se battent là bas avec un grand courage, le front est terriblement éprouvant pour eux, comme il le serait pour n'importe quel moriquendi. Comme il l'a été pour toi ...".
"Et c'est en poursuivant ma traque dans la Nan Gurth, que j'ai découvert la citadelle de Barad Gularan. Je sais maintenant qu'il est là bas ...".

Anariath se tût un instant pour mieux peser ses mots et observer Arcamenel. Dans l'obscurité il voyait les yeux de son fils s'emplir d'effroi. Arcamenel attendait un nom, il avait compris qu'Anariath avait trouvé cette créature.
"Oui je me suis tenu devant elle. Devant cette chose. Sans pour autant la défier car le temps n'était pas encore venu". Il s'interrompit. "Mais il s'approche". Anariath se releva doucement et se tint en face d'Arcamenel à moitié penché sur lui. Il posa une main sur son front et la fît descendre le long de sa joue, puis maintint l'ovale de son visage dans le même geste. Le fils enserra l'avant bras du vieil elfe avec avec réconfort.
Anariath souffla un murmure décidé en regardant Arcamenel "J'ai appris son nom par les éclaireurs de Gath Forthnir. Je le combattrai et ôterai de toi la souffrance qui opprime ton âme. Car cette souffrance s'appelle Cargûl ... et peut être vaincue".

La main d'Arcamenel se crispa sur l'avant bras de son père et il lu dans son regard une détermination si ancienne et brutale qu'il ne le reconnu pas un instant. Aucun elfe ne pouvait survivre à la Terre du Milieu sans en porter la marque. Celle d'Anariath avait balafré son âme de guerrier en une large cicatrice. Le sinda de Doriath se releva au dessus de son fils, projetant une ombre funeste qui emplit un instant la pièce. Arcamenel connaissait la volonté et la sagesse de son père et ne doutait pas qu'il pourrait vaincre une fois de plus au milieu des ténèbres et de la mort. Il craignait davantage pour les compagnons qu'il allait emmener dans cette folie ...

"Mon fils, j'ai discuté avec l'Arahîr d'Heren Iaur et combattu avec le dernier de leurs officiers depuis la chute d'Azerandir, au Haut Col Nord. Eothred a grandi en sagesse et en expérience, il connait les forteresses de l'ennemi et est fidèle à la voie de l'Ancien Cercle. Les gens de Staffolde sont de grandes âmes et nul doute qu'ils se montreront loyaux à la peine de Mithlond. Cependant je sens en Eothred une volonté de rassembler les fils perdus du Rohan, comme il t'en a déja longuement parlé depuis que nos regards se sont portés vers les rives de l'Adorn ...".

Arcamenel attendait que son père énonce ces paroles depuis quelques temps. Il savait que le coeur du rohir était à la fois fidèle à la Fondation mais tourné vers ses racines, vers son Pays. Comment pouvait-il en être autrement ... ? Il se redressa en fronçant les sourcils et émit un gémissement rauque. Anariath regarda son fils en inspirant longuement.
"Père ... Votre temps s'approche aussi comme vous le savez depuis longtemps. Les rohirrim exilés obtiendront leur Maison car telle est leur volonté et Heren Iaur ne peut leur refuser cela, comme nous soutenons le combat de l'Hered DuathFaroth, nous devons soutenir leur cause".
Anariath acquiesa en silence, il était juste que ces hommes se rassemblent sous une bannière et fassent front à leur manière et non à celle des elfes. Eothred avait beaucoup appris depuis son exil, et le sang des nordiques d'Hitlum, par les fils d'Hador, était celui qu'il voyait battre en ses veines. L'histoire du Beleriand ne semblait plus si lointaine tout à coup ...

"Anariath, Père, je vous le demande, rejoignez les rangs de l'Ancien Cercle et au nom des oeuvres des Daegwaith, des oeuvres du dernier fils, épaulez l'Arahîr Eothred. Vous connaissez sa déférence à notre égard, il sera parmi les fidèles et ses gens avec lui ...".
Anariath n'avait pas remarqué que son fils s'était péniblement relevé et c'est lorsqu'il s'affessa qu'il se précipita vers lui. Il porta doucement le torse fiévreux du sinda et l'allongea dans le confort des draps elfiques. "Père, n'abandonnez pas la voie de Doriath et le Serment aux héritiers de Beren, sortez de l'ombre et du secret ...".
La voix pourtant fragile et douloureuse d'Arcamenel le frappa de plein fouet. Il recouvrit lentement le corps de son fils en se concentrant pour ne verser de justes larmes. Et adressa un baiser sur son front.

Anariath regarda un instant le sinda alité, dont le souffle débordait à peine des lèvres. Son torse soulevait légèrement les draps au rythme de sa respiration. Depuis que Bauglir avait serti sa Couronne de Fer sur la Terre du Milieu, plus rien n'avait pu arrêter les conséquences de son ambition brûlante.
Anariath dirigea ses pas vers la terrasse enveloppée de son manteau de nuit. Le front nuageux qui scellait l'horizon nocturne de Belegaer était balayé par la lueur d'éclairs fugaces, un grondement sourd et sans âge emplissait l'air.


Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
 
    Chapitres d'Estel -> Tribune libre Sujet précédent :: sujet suivant