Chapitres d'Estel -> Etude du Lond Daer -> [Récit] A l'Orée des Bois.
 
Landryt Mandragoran
Compagnie du Roseau Blanc
Compagnon

Messages : 26
Message Posté le: 27/03/2009 à 17:01    Sujet du message : [Récit] A l'Orée des Bois.
Évaluer
Citer
 

Landryt était assis à son bureau, un parchemin devant lui. Il essayait avec peine de se rappeler de l'histoire qu'il avait contée au Poney Fringant, pour les coucher sur le vélin. Faisant rouler machinalement ses épaules musculeuses, il se mit enfin à écrire, lentement.

Parchemin :
A l'Orée des Bois.


Dans le village, les rumeurs allaient bon train. Chacun parlait, en murmurant, de la sombre silhouette qui sortait parfois des bois, et venait rôder aux alentours des fermes.
La plupart disait qu'il s'agissait d'un homme des bois, sauvage, ne connaissant pas la langue des hommes, et volant bêtes et légumes pour se nourrir.
D'autres préféraient croire en une créature, mi-homme mi-animal, qui enlevait de temps en temps le fils ou la fille d'une maisonnée.
Il était d'ailleurs coutume d'avertir les enfants en ces quelques mots : "Si tu t'aventures trop longuement dans les bois, le Marchombre te prendra et alors, tu seras perdu pour toujours !".

Tout cela avait commencé cinq annés auparavant, lorsque Finald avait disparu. Il était allé une fois de trop dans les bois, et on ne l'avait plus jamais revu. Qui savait ce qu'il était advenu de lui ? Une chose était sûre, il était mort, et son corps avait probablement été emporté par les animaux.
Finald, à dire vrai, était un rêveur. Ce jeune garçon ne pensait qu'aux contes et préférait rêver de belles histoire plutôt que de couper du bois. Il était malgré tout bien obligé de le faire, s'il ne voulait pas se prendre une taloche bien sentie derrière le crâne.
Alors, une ou deux fois par semaine, il récupérait le bois dans la forêt, et le reste du temps il en faisait des bûches qu'il entassait à l'arrière de la masure. C'était un brave garçon, obéissant du mieux qu'il le pouvait.

Finald, malgré ce que les gens croyaient, n'avait pas disparu. Du moins pas totalement.
Un jour, alors qu'il était dans la forêt, fredonnant quelque chanson au gré de son périple, une voix s'adressa à lui, profonde comme les entrailles de la terre. Elle était bienveillante, et effrayante tout autant.
Mais Finald, lui, était bienheureux. Oui, car enfin, il avait trouvé quelqu'un pour partager ses rêves ! Et plus le temps passait, plus il restait longtemps en forêt, racontant ses histoires, et écoutant celles de son ami.

Il ne voulu bientôt plus le quitter, mais un homme peut difficilement vivre comme un ermite, s'il n'est pas en harmonie avec ce qui l'entoure. Et Finald, lui, n'était en harmonie qu'avec ses pensées.
Alors, un soir, alors que la soleil n'était plus guère qu'un filet lumineux à l'horizon, son ami lui fit cadeau d'un manteau magnifique, aux couleurs changeantes et à la texture plus douce que n'importe quel tissu.
Ainsi, Finald n'avait pas froid quand l'hiver venait. La pluie ne le mouillait pas non plus. Et, mieux que tout, il pouvait rêver tant qu'il le voulait, sans qu'on le dérange. Car avec son manteau en peau de nuit, bien chanceux celui qui arriverait à le distinguer.


S'adossant plus profondément dans son fauteuil, le Rohir examina son travail d'un oeil critique. Alors, il sourit. Définitivement, cette histoire lui plaisait bien.


Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
www
 
    Chapitres d'Estel -> Etude du Lond Daer Sujet précédent :: sujet suivant