Chapitres d'Estel -> Etude du Lond Daer -> [Récit] Geste des Trois Rivières
 
Lihene Balsamine
Messagers du Lond Daer
Saute-Ruisseau

Messages : 19
Message Posté le: 10/03/2009 à 01:33    Sujet du message : [Récit] Geste des Trois Rivières
Évaluer
Citer
 

Parchemin :
Note de l'archiviste :
Lors du remue-ménage ayant mis un terme au Troisième Âge du monde, certains Hommes, emportés bon gré mal gré par la tourmente, se trouvèrent à côtoyer des Elfes avant que ceux-ci ne s'éloignent de ces rives.
Barbotant alors dans le quotidien, étrangère à tout soucis et embrassant la vie avec frivolité, je fus de celles et ceux qui rencontrèrent ces êtres ayant gardé la Terre du Milieu des siècles durant. Par hasard ou destinée, mon chemin me mena aux côtés d'une femme du Peuple des Etoiles, qui désormais a quitté ces rives en me confiant souvenirs et bribes éparses d'écrits... dont voici quelques extraits et recompositions.


Notes compilées en 24-4A
– Lihene Órëmiel Balsamine




Souvenirs des Trois Rivières



Nez collé contre l'armure, la gamine souffla sur l'une des plaques et essuya la buée d'un revers de la manche. Plus attentive encore que la fois précédente, elle observa de nouveau l'image que lui renvoyait la surface polie de l'acier. Les joues de l'enfant gonflèrent de frustration, rassemblant un énorme soupir qui ne tarda pas à se faire entendre. Il n'y avait rien à faire : son reflet restait étrangement déformé, lui montrant un visage poupin à la bouche étrangement petite.
« Je ressemble pas à ça. »
Poings sur les hanches, elle se tourna vivement vers la femme qui s'affairait dans la même pièce et la toisa du haut de son mètre vingt. Celle-ci laissa glisser vers l'enfant un regard calme, au fond duquel une flamme discrète parut rire. Un léger sourire étira ses lèvres, mais ces dernières restèrent closes et elle détourna les yeux, retournant à son rangement. D'abord immobile, la gamine finit par abandonner posture et air farouche et s'approcha pour tirer une manche passant à sa hauteur.
« C'est quoi ? »
« Qu'est-ce. »
« Qu'est-ce ? »
« Des notes éparses, qu'il me faudra compiler. »
L'enfant secoua la tête, faisant glisser quelques mèches rebelles devant ses yeux.
« Pas ça, ça ! »
Reposant l'un des rouleaux de parchemin qu'elle classait, la femme suivit du regard l'index pointé.
« L'armure que revêtit Amrúnië lorsque les événements l'y obligèrent. »
Frimousse froissée le temps d'une réflexion, la gamine regarda sa mère, rapprochant mentalement le prénom de celle-ci – Aurore – avec ce nom inconnu. Sa pensée ayant suivi son bout de chemin, ses yeux s'étirèrent d'incrédulité.
« C'est à toi, maman ? Vraiment ?? »
Une fois encore, fidèle à son habitude, la femme ne répondit pas immédiatement et prit d'abord le temps de longtemps regarder l'enfant dans les yeux, bien trop longtemps de l'avis de celle-ci.
« Vraiment. Mais il y a longtemps que je n'aie eu à la porter. », dit-elle enfin, replaçant derrière une oreille les mèches fauves voilant le regard de l'enfant. Trop occupée à la dévisager, la redécouvrant sous un jour nouveau, celle-ci ne protesta pas. Au lieu de cela, elle se contenta de froncer des sourcils dubitatifs, n'ayant jamais vu de sa courte vie – lui semblant une éternité – sa mère une arme à la main.
« Ils sont vrais, ces mensonges ? Tu faisais quoi ? »
« Sont-ce des histoires pour une enfant, je m'interroge... »
« Je suis grande maintenant ! »
La réponse – prévisible – ne parut pas amuser la femme, du moins celle-ci ne le laissa pas paraître tandis qu'elle quittait l'enfant des yeux pour plonger le regard dans ses souvenirs.
« Une grande bataille se déroulait, et nous devions transmettre les ordres et messages entre les corps d'armée. Ma tâche était de rallier ... »
L'enfant la coupa aussi sec.
« Nous ? C'est qui, nous ? »
« Ce n'est pas correct. »
Moment d'impatiente réflexion avant un second essai :
« Qui était ce nous ? »
« L'homme venant d'apporter mon armure, ainsi que d'autres. »
Dans un réflexe, la gamine tourna la tête vers la porte de la maisonnée. En vain, l'homme s'étant pourtant éclipsé une heure plus tôt.
« Il était étrange, lui. »
Aurore ne souleva pas la remarque visant Saelion et reprit un récit, le romançant fortement afin qu'il puisse convenir aux yeux d'une enfant des Hommes...


Image


Sa monture s'anima nerveusement, l'arrachant à ses rêveries. Hríviel se fit attentive, puis posa une main apaisante contre le cou du cheval en lui murmurant quelques mots. La poignée d'orques ayant inquiété l'animal était trop loin pour risquer de les repérer...
Si Ameline s'était éteinte depuis de nombreux siècles, les bois du Minhiriath ne manquaient jamais de la rappeler à sa mémoire. La mélancolie se mariant cependant mal avec son tempérament, ne trouvant que peu d'emprise en elle, l'Elfe se garda soigneusement de toute peine. Nourrissant la foi qu'elle retrouverait en Arda Guérie ceux ayant peuplé son cœur, elle afficha uniquement un sourire discret, les yeux perdus dans le vague examen de l'Ouest.

.

__________

« Nous empoisonnons notre vie par des détails. Simplifions, simplifions. »


Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
www
 
    Chapitres d'Estel -> Etude du Lond Daer Sujet précédent :: sujet suivant