Chapitres d'Estel -> Etude du Lond Daer -> [Récit] Les tourments du destin
 
Valaraukar
Copiste

Messages : 936
Message Posté le: 9/03/2009 à 15:48    Sujet du message : [Récit] Les tourments du destin
Évaluer
Citer
 

An 1050 de l'Age des Arbres

Au commencement des temps, Arda vécut l'arrivée des Ainur, devenus Valar et Maiar. Ils crééerent les mers et les montagnes, les forêts et les plaines, le murmure du vent dans les arbres, le grondement du tonnerre et le crépitement du feu. Mais parmi eux en était un qui ne suivait pas la voie d'Eru Illúvatar, il oeuvrait à détruire les créations de ses pairs et à semer partout les graines de la discorde et du mal. Il était le chaos et la destruction. Furieux de ne pouvoir rien créér lui-même, c'est-à-dire sans intervention indirecte d'Eru, il se consacrait corps et âme à corrompre et à détruire les merveilles des autres Valar. Son nom était Melko.
Mais les Valar attendaient la venue des Premiers-Nés, notre peuple, et ils s'efforçaient de préparer Arda pour leur venue, afin qu'ils vivent dans la lumière du Très-Haut. Comment auraient-ils pu tolérer les agissements de leur frère perverti?
Ils opposèrent une farouche résistance aux maléfices de Melko, luttant de toutes leurs puissances créatrices et ordonnatrices contre le chaos des ombres. Aulë le forgeron, aidé de Manwë et de Varda, entreprit de construire deux immenses lampes pour éclairer les terres, jusque là plongées dans l'ombre. Le monde connut alors la paix pour un temps très long, car Melko était maintenu en respect. Mais en 3450, Melko parvint à briser les lampes, et les oeuvres des Valar furent en grande partie détruites, et leur demeure sur l'île d'Almaren fut perdue à jamais.
Ils partirent alors vers l'Ouest, et s'installèrent en Aman, qu'ils protégèrent contre le courroux du démon. Là ils plantèrent les arbres sacrés, Telperion l'argenté et Laurelin le doré, et leur pays connut la paix. Mais ils étaient toujours préoccupés de la venue prochaine des elfes, et craignaient que Melko ne pervertisse ou ne détruise les Premiers-Nés et contre la volonté d'Eru. Varda que nous appelons Elbereth Gilthoniel, la reine des étoiles, éclaira les cieux de nouveaux astres, et c'est alors qu'à l'abri des regards des monarques d'Arda naquit notre peuple en Terre du Milieu, et les eaux du lac Cuiviénen reflétèrent la gloire de la création d'Illúvatar le Tout-Puissant.

______________________________________________

Castor, Membre du Second Cercle Vie de Quartier




Dernière édition par Valaraukar le 30/03/2009 à 00:58; édité 4 fois
Revenir en haut de page
Profil
MP
 
Valaraukar
Copiste

Messages : 936
Message Posté le: 10/03/2009 à 00:14    Sujet du message : Les rives de Cuiviénen
Évaluer
Citer
 

Tout était calme...
Les eaux paisibles du lac reflétaient la lumière rassurante des étoiles, des anciennes comme des nouvelles. Un chevreuil s'abreuvait sur une berge, profitant du calme de l'instant. Les loups n'étaient pas de sortie et la bête le savait, et sa vigilance était retombée.
Soudain, comme si une flèche l'avait touché de plein fouet, l'animal leva la tête, et un observateur méticuleux aurait pu lire la terreur dans ses yeux. Sans perdre un instant, il s'élança vers les fourrés, et disparut bientôt dans les sous-bois.
De l'autre rive du lac parvenaient à l'oreille attentive des bruits. Le son de nombreux pas, marchant lentement, presque sollenelement, des brindilles rompues envoyant vers le fin fond de la nuit leur craquement sinistre, de menues pierres roulant, heurtées par quelques maladroit...
Mais qui aurait pu leur en tenir rigueur?
Les étoiles étaient si belles, si envoûtantes, les eaux du lac si calmes et pourtant si pleine d'une vie prête à jaillir, comment détourner les yeux et veiller à ses pas?
Les Premiers-Nés foulaient enfin le sol d'Arda, et leur émerveillement pour la nature qui les entourait n'avait d'égale que le calme majestueux, craintif mais malgré tout curieux des bois environnants, d'où des dizaines d'yeux observaient ces étranges bipèdes venus de nulle part.

Image


Parmi ces premiers elfes, tous contemplaient le spectacle de la nature. Tel était captivé par les ondulations du lac Cuiviénen, tel autre par le bruissement du vent dans les feuillages des arbres, un autre encore admirait les fleurs, l'herbe, les arbres, mais la majorité avait les yeux tournés vers le ciel, d'où les étoiles semblaient veiller sur eux tels tant d'esprits bienveillants et protecteurs.
La race des elfes aima toujours les étoiles d'un amour très particulier, et il donnèrent des noms à tous les astres du ciel sur lesquels tombait leur regard. Mais ce temps n'était pas encore venu, le silence régnait encore, de temps en temps entrecoupé par la respiration sourde de la nature: feuilles dans le vent, craintif écureuil fuyant vers un arbre, poissons troublant la calme surface de l'eau...
C'était un silence plein de révérence et d'admiration face aux merveilles presque inviolées les entourant.
Un de ces elfes, sans être lassé des étoiles, baissa son regard pour poursuivre son observation du monde. Quelle ne fut pas sa surprise quand son regard en croisa un autre. Une elfe magnifiquement belle le regardait de ses yeux doux et curieux. Il était envoûté par la beauté de ses yeux où se reflétaient, semblait-il, les étoiles, en en glorifiant encore l'éclat par une vie propre qui transparaissait telle les étoiles transpercent les nuages. Et cette elfe ressentait la même chose que lui.


De la curiosité naquit l'envoûtement...
De l'envoûtement naquit la vénération...
De la vénération naquit l'Amour...


______________________________________________

Castor, Membre du Second Cercle Vie de Quartier


Revenir en haut de page
Profil
MP
 
    Chapitres d'Estel -> Etude du Lond Daer Sujet précédent :: sujet suivant