Chapitres d'Estel -> Tribune libre -> Breanryth
 
Breanryth
L'Ost des Rohirrim
Cavalière

Messages : 17
Message Posté le: 26/11/2008 à 00:51    
 

Breanryth


En détails ...
NomBreanryth
Dates :2999 -3A
Culture :Rohir
Signes particuliers :Rousse, les cheveux mi-long, le visage constellé de taches de rousseur
En gameplay :Sentinelle


Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
www
 
Breanryth
L'Ost des Rohirrim
Cavalière

Messages : 17
Message Posté le: 28/11/2008 à 13:01    
 

A la porte des Boues...


Depuis peu, l’afflux de réfugiés c’était sensiblement accru, et les Breards voyait arriver chaque jour de nouveaux vagabonds… Ces hommes et femmes, des paysans pour la plupart, parlaient avec un accent du Sud… (des Rohirims avait dit Maître Coupefeuille) et ils apportaient avec eux la rumeur d’un conflit lointain… La plupart de ces pauvres erres, quand ils ne poursuivaient pas leur route vers les Hauts du Nord, vivaient dans des camps de fortune au fond du Bois de Chet ou trouvait refuge dans le quartier de la Porte des Boues.

Parmi eux se trouvait une jeune femme nommée Breanryth, une réfugiée parmi d’autres que l’on aurait pas distinguée d’une mendiante…

Son histoire était celle de nombreux autres, qui comme elle, avaient fuit les troubles qui agitaient désormais le Rohan, sa terre natale… seconde fille d’un Soldat de la Marche, Breanryth a grandi dans la ferme familiale, située quelque part dans les confins occidentaux du Ouestfolde. Dans cette région où les habitants étaient habitués depuis longtemps au voisinage des Dunlending, ils s’étaient retrouvés désarmés quand un grand nombre de pillards venus des plaines de l’Enedwaith leur avait coupé toute retraite et tout espoir d’un prompt secours des Cavaliers d’Erkenbrand.

Poussés vers le Nord, Elle et d’autres fuyards avait survécus de leur maigre chasse en échappant aux nombreux brigands Dunlending qui peuplent désormais les contreforts des Montagnes de Brumes…

Son arrivée dans le Pays de Bree ne l’avait pas soulagée de sa peine, car dans sa fuite, elle avait perdue de vue sa mère, sa sœur et son frère. Le courage autant que la force lui avait manqués pour faire machine arrière et tenter de les retrouver… Etaient ils morts, ou fait prisonniers ? Avaient il pu se mettre à l’abri ? Le constat de sa faiblesse la laissait dans le désarroi, le rappel constant de son exil parmi les réfugiés du quartier de Boues ne lui inspirait plus que le désespoir…


Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
www
 
Breanryth
L'Ost des Rohirrim
Cavalière

Messages : 17
Message Posté le: 4/12/2008 à 11:43    
 

Une main secourable


Réchauffée par un des petits feux qu’entretenaient les indigents de Bree, une jeune femme se tenait la tête dans les mains… l’attaque des brigands Dunlending sur la petite exploitation de son père, sa fuite au travers des contrées hostiles de l’Enedwaith… les images défilaient dans sa tête et attisait le feu de sa colère et de son désespoir… Car son arrivée dans le Pays Bréard n’avait rien résolu. Cette contrée, dont le nom même lui était inconnu il y a encore quelques jours, ne lui avait offert aucune perspective dont elle aurait pu se réjouir… les habitants ici, ignoraient presque tous le nom de son pays et il n’y avait personne pour se soucier des malheurs qui frappaient son peuple…


Quel espoir avait elle entretenu pendant sa fuite ?? Découvrir qu’ici, des hommes s’inquiétaient de la destinée des siens et se préparaient à venir en renfort ?? Etait-ce ce après quoi elle avait couru ? Cette belle naïveté qui l’avait soutenue jusqu’ici avait fait place à l’abattement et à une question : Que faisait elle donc ici, désoeuvrée et si loin des siens ?

Manifestement, je ne trouverais aucun secours ici… je dois repartir.

Le cœur raffermi par cette soudaine résolution, Breanryth en se relevant, entonna à mi-voix un chant de son pays :

Des marches de l’ouest sur les coteaux
Aux berges de l’Anduin au fil de l’eau
Les hommes de la Marche sur leurs chevaux
Evoquent la légèreté de l'oiseau,
La souplesse du roseau et la vivacité du ruisseau

Nul ne sait où nous conduirons nos lendemains,
Cavalier du Roi Theoden si tel est ton destin
A l’appel du Cor, la lance à la main
Nous combattrons ensemble jusqu’au matin
Et remettront la victoire au pied de notre souverain.


Alors que le chant s’éteignait, Breanryth vit les yeux d’une femme plonger droit dans les siens… sous le coup de la surprise, elle détourna le regard, avant de se rasséréner et de relever les yeux. La femme l’observait, puis s’avança, impassible.

- Rohiril eart þū ? (Etes vous une femme du Rohan ?)

La langue de ses parents… Breanryth, hocha la tête en signe d’acquiescement. La femme accusa réception de sa réponse avec un petit sourire bienveillant.

- hwā naman hēo ? (Quel est ton nom ?)
- Breanryth, Careanrath mægþ, ridend of March (Breanryth, fille de Careanrath, cavalier de la Marche)

Après une seconde d’hésitation, la femme ajouta :

- Je me nomme Sighild… viens avec moi…

[HRP]

Partant du principe que le Rohiric peut être assimilée au vieil anglais, j'ai pris parti de construire des phrases à partir des lexiques disponibles sur internet, sans me préoccuper grandement de la grammaire que j'ai ici arbitrairement supposée être la même que celle de l'anglais moderne.


Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
www
 
    Chapitres d'Estel -> Tribune libre Sujet précédent :: sujet suivant