Chapitres d'Estel -> Plume d'Airain -> [Anim] Quand les masques tombent (novembre 2008)
 
Istiriel
Messagers du Lond Daer
Archiviste

Messages : 37
Message Posté le: 29/10/2008 à 21:24    Sujet du message : [Anim] Quand les masques tombent (novembre 2008)
Citer
 



La neige tombait en grandes bouffées de duvet blanc qui voilaient les crevasses dans les façades des maisons en ruine, adoucissant lentement le contour sévère des toits découpés et des poutres effondrées. Les pignons s'arrondissaient de neige, se chevauchant, s'embrassant, glissant l'un dans l'autre, chapeautant des maisons blotties toutes ensemble comme un village de conte de fées. De petites pentes neigeuses se nichaient dans les lattes des volets encore douillettement clos contre la nuit. La neige saupoudrait le sommet de cheminées extravagantes qui montaient en spirales de toits givrés, et élevait des crêtes blanches au creux des vieux blasons sculptés au-dessus des portes. Ici et là seulement une fenêtre aux carreaux cassés depuis longtemps béait comme une bouche noire aux chicots brisés, aspirant la neige dans sa gueule.*

Image


L'hiver était inopinément tombé sur les ruines de Tharbad. Que l'histoire se poursuive donc par un matin d'hiver à l'ivoire neigeux parsemé de quelques touches de couleur. Ici le jaune passé des murs d'un relais abandonné par une messagère empressée s'étant accordé une pause rapide dans sa course folle vers le nord. Là le rouge flamboyant d'un feu de camp attisé par des Hommes de Dun remontés de leurs contreforts dans l'attente de quelque mauvais coup et d'un signe de leur chef. Plus loin le brun de la robe d'un cheval avançant au pas et portant un cavalier engourdi par le froid qu'il n'attendait pas si tôt. Ils s'étaient croisés sans se voir mais tous convergeaient vers une histoire commune.

Histoire qui avait commencé en d'autres lieux. Dans les contreforts d'Ered Nimraïs où se nichait la cabane isolée d'un capitaine déchu recueillant une adolescente égarée. Dans le palais d'or de Meduseld où la langue persifleuse d'un conseiller félon condamnait toute une région. Dans le Pays de Bree où des larmes coulaient sur la pierre enfermant un amour détruit avant d'être révélé. Dans les Noues des Cygnes où une promesse silencieuse avait scellé les yeux d'un vieil homme et le destin de celui dont il était le mentor.

Image


Histoire dont un acte se jouait présentement plus au nord, tandis qu'un rôdeur s'éclipsait dans l'ombre du sous-bois après avoir entr'aperçu un visage connu et longtemps cherché.


[HRP : teaser de la prochaine animation des Chapitres d'Estel qui prendra place peu après l'animation 'Bon vin ne ment jamais' actuellement en cours. En attendant, bon jeu à tous.
- texte : premier paragraphe repris du livre A la Pointe de l'Epée d'Ellen Kushner
- musique : Matsutani Surugu, Utau You ni Koi Shite (Nodame Cantabile O.S.T.)
- images : ?]




Dernière édition par Istiriel le 4/03/2013 à 11:57; édité 5 fois
Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
www
 
Istiriel
Messagers du Lond Daer
Archiviste

Messages : 37
Message Posté le: 3/11/2008 à 19:00    
Citer
 

[HRP : accroche pour le scenario de la Compagnie du Roseau Blanc]



3013 du Tiers Age,
Noue-des-Cygnes


La masse de l'orc, ratant sa cible, ne rencontra d'abord que l'air puis vint se ficher dans l'écorce de l'arbre. Recevant pour prix de sa lenteur un coup précis et violent au plexus, l'attaquant eut un hoquet et lâcha son arme. Opportunément récupérée par un homme qui n'en avait pas au début du combat, celle-ci vint s'écraser sur le visage de son précédent détenteur. L'humain fit tournoyer la masse pour se débarrasser des autres assaillants le cernant mais, peu habitué à manier une arme aussi lourde, moulina dans le vide et se fit broyer les côtes par un fauchon d'un adversaire plus habile.
Le seul capitaine présent au sein du pèlerinage pour Merethlin avait succombé dès le début de l'embuscade, emporté par une flèche qui lui avait perforé le poumon. Le vieux Dûradan avait pris le commandement, tonnant ses ordres par-dessus le fracas des armes et les hurlements pour éviter la débâcle. Sa voix forte et grave ne cessait de planer sur le champ de bataille malgré la hargne brouillonne des assaillants ayant reçu la consigne de le faire taire coûte que coûte. Le rôdeur avait gardé la main sûre et maintenu la discipline dans les rangs formés à la hâte. Sa voix tonna à nouveau.
« En triangle ! Baranduin, foutrèche, tiens ton côté ! ».

Eren grimaça et cracha un chicot de sang tandis que le vieil homme l'apostrophait. Le hasard des pertes et des circonstances l'avait placé à la tête d'un côté du triangle. S'il n'avait pas subi le gros de la deuxième vague il était sous le tir constant des archers postés sur la hauteur face à lui. Contre eux il ne pouvait rien hormis espérer le secours des elfes : ils connaissaient bien la région pour s'être souvent rendus au refuge de Merethlin et, dès le début de l'assaut, s'étaient portés sur le flanc de la colline pour en déloger les orcs. Le combat ne durait que depuis quelques minutes et cela semblait une éternité.
« Changement ! »
La première ligne recula tandis que la seconde prenait sa place. Eren jura en réalisant qu'il n'avait plus assez d'hommes et compléta le front avec des éléments épuisés de la première ligne. Lui-même n'en menait pas large, deux flèches l'ayant déjà atteint. Il esquissa un sourire en apercevant fugitivement la silhouette d'un elfe à présent tout proche des archers orcs. Il crut reconnaître celui qui se nommait Galadas mais n'était sûr de rien. Et il se mit à rire franchement en entendant une nouvelle fois la voix de Dûradan haranguant la troupe. Le dernier ordre du vieil homme était stupide. Pourtant Eren hurla aussitôt en l'entendant et fonça dans la masse des orcs. Il savait que tous avaient fait comme lui.

Image


Les orcs hésitèrent, décontenancés par cet assaut désespéré et inattendu puis par les cris provenant de la colline : les elfes avaient enfin réussi à se frayer un chemin et fondaient sur les archers en pleine débandade. Le flottement fut fatal à la formation ennemie, percée de part en part par des humains portés par l'énergie de l'espoir renouvelé. Les orcs s'égayèrent en tout sens et ceux qui s'enfuirent ne durent leur survie qu'à l'épuisement des défenseurs tombant de fatigue ou de douleur. Ils n'étaient plus qu'une poignée.
Eren s'approcha de Dûradan qui demeurait assis le dos contre un tronc d'arbre, les jambes étendues. L'homme sourit à son mentor :
« - Lancer la charge... C'était bien un ordre stupide.
- N'est-ce pas ? Pas le genre de plan que je t'ai inculqué, hein. Quand tu n'as plus d'option tactique et que tout est à ton désavantage il te reste encore le style.
- Je me souviendrai de cela aussi.
- Tu as intérêt. Je suis fier de ce que tu es devenu. Je n'aurais pris personne d'autre que toi pour tenir ce côté. J'aimerais que tu fasses deux choses pour moi : ne laisse pas tomber ce massacre dans l'oubli et découvre ce qui y a conduit. L'un des nôtres manquait. »
Eren hocha la tête. Les deux hommes restèrent silencieux puis Eren ferma les yeux de Dûradan en murmurant des paroles inaudibles. Il se releva enfin et se tourna vers deux elfes qui s'étaient rapprochés de lui. De la rencontre entre les trois naquit la Compagnie du Roseau Blanc qui s'attacha à accomplir les deux dernières volontés du vieux Dûradan dont le nom, quelques années plus tard, se remit à circuler comme un pied de nez à l'histoire.


[HRP crédits
- musique : Knut Avenstroup Haugen, Hymn for King Conan (Age of Conan O.S.T.)
- images : Rafal Hrynkiewicz]




Dernière édition par Istiriel le 25/11/2008 à 00:12; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
www
 
Istiriel
Messagers du Lond Daer
Archiviste

Messages : 37
Message Posté le: 3/11/2008 à 19:26    
Citer
 

[HRP : accroche pour le scénario d'Heren Iaur]




La poutre céda et toute la charpente s'effondra dans un craquement retentissant qui se joignit au crépitement des flammes. Tous les bâtiments brûlaient tandis que les villageois rescapés du raid dunlending s'étaient mis à l'abri sur une colline proche. Une troupe de Rohirrim envoyée en hâte par Erkenbrand y avait pris position, trop peu nombreuse pour lancer une contre-offensive mais assez pour intimider les assaillants qui s'étaient repliés.
« - Immondes pourceaux ! Venez affronter des soldats ! N'avez-vous donc pas de courage à massacrer des fermiers ?
- Paix Ceorl, ils sont déjà loin. Tu auras beau t'égosiller seul le vent t'entendra.
- Il faut les poursuivre. Ils n'ont pas de chevaux. Demain soir nous sommes sur eux et eux seront morts.
- Les villageois aussi et nous serons sans doute coupés d'Erkenbrand. Les hommes de Dun ne forment plus cette ribambelle de clans querelleurs dont nous nous jouions avec facilité. Quelqu'un les fédère et leur fait suivre une stratégie. Mener une incursion dans le Pays de Dun serait trop dangereux.
- Peuh ! A un contre dix nous les écraserions encore !
- Sans doute. Mais j'ai peur qu'ils soient plus de dix et nous moins de un.
- Rah, il faudra bien faire quelque chose Grynulf ! Les villages tombent en cendres les uns après les autres et nous sommes trop peu nombreux pour couvrir tout l'Ouestfolde. Si rien ne vient de Meduseld nous allons bientôt manquer de vivres et de matériel en plus d'hommes.
- Eomer n'a plus les faveurs du roi qui se désintéresse de ce qui se passe ici. Rien ne viendra de Meduseld. Erkenbrand espère obtenir l'aide des Rohirrim au nord tout comme il y a bien longtemps Cirion avait obtenu l'aide d'Eorl.
- Et comment l'obtiendrait-il ? Si une troupe en armes renonce à s'engager dans le Pays de Dun, qui se risquera à le traverser ? Quelqu'un seulement peut-il y parvenir ?
- Il te faudra demander cela à Erkenbrand. Je n'en ai pas la moindre idée. »

Image


*********


« File comme le vent, chaque jour, chaque heure compte. »
La cavalière essuya rapidement d'un revers de la main les larmes que l'allure de son cheval, l'air frais et la fatigue arrachaient à ses yeux. Elle n'avait jamais atteint Edoras où elle devait se présenter au relais des Messagers du Lond Daer : sa course s'était interrompue au Gouffre de Helm. Le maître de l'Ouestfolde lui avait remis un message à faire parvenir de toute urgence à Staffolde. Elle faisait partie de l'Intendance et non du Relais mais estima que personne ne lui tiendrait rigueur dans de telles circonstances d'avoir accompli une mission qui ne lui était pas dévolue. Et puis il était question de son pays...
Le Mearas galopait d'une foulée égale depuis bien des lieues. Suilwen le considérait avec autant de fierté que d'affection. Elle se pencha et murmura deux phrases dans sa lange natale avant de se redresser vivement : un filet de fumée montait sur un contrefort à l'est. La Roheril fit aussitôt bifurquer sa monture dans cette direction avant de redresser vers le nord. Voyant sa manoeuvre les hommes de Dun tenteraient de la bloquer sur le plateau mais elle-même n'y serait déjà plus : les prouesses des Mearas ne se limitaient pas à leur vitesse de course et les poursuivants se rendraient bientôt compte que les chevaux du Rohan pouvaient faire des sauts impressionnants.
Jusqu'à présent la cavalière n'avait pas eu de mal à déjouer les poursuites et les embuscades mais elle craignait le moment où tant elle que sa monture devraient prendre un peu de repos.

Image



[HRP crédits
- musique : Nakagawa Kou, Sen 1 (Basilisk O.S.T.)
- image : Leonid Kozienko, Justin Sweet]


Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
www
 
Istiriel
Messagers du Lond Daer
Archiviste

Messages : 37
Message Posté le: 3/11/2008 à 19:55    
Citer
 

[HRP : accroche pour le scénario de la Caravane des Vents]




« Arrêtes-ça tout de suite. Je sais qui tu es maintenant, je t'ai suivi. Je vais tout dire à maman. »
L'homme se retourna vers la fille qui l'avait ainsi apostrophé et lui adressa un regard sans amour. Elle réalisa à cet instant qu'il en avait toujours été ainsi. L'homme la fit valdinguer contre le mur d'un ample et violent mouvement du bras.
« - Tu n'aurais pas dû mettre ton nez de fouineuse dans mes affaires. Tu m'obliges à te donner une correction.
- Laisses-les tranquilles ! »
La jeune fille n'avait pas bougé. Elle n'avait d'autre protection que son regard fier et toutes ses illusions perdues. Les coups s'abattirent, tuméfiant le visage et lui arrachant des larmes. Elle le supplia d'arrêter, tentant vainement de se protéger avec ses bras et ses jambes repliées. Tout autour d'elle les flammes se propageaient, agrippant les rideaux, dévorant les tapis et faisant craquer les meubles. Mue par un réflexe de survie qui exsudait à présent par tous les pores de sa peau, elle empoigna le pommeau de la dague qui pendait à la ceinture de l'homme. Elle l'abattit à plusieurs reprises en fermant les yeux et en hurlant.
L'arme était de mauvaise qualité. Celle qui la tenait n'en avait jamais maniée avec l'intention de tuer. Jusqu'à aujourd'hui. Le métal déchira les chairs au hasard, arrachant d'abord un hoquet de surprise puis un cri de douleur et enfin un râle de mort.
« Sale petite garce ! Maudit soit le jour où tu es sortie du ventre de ta mère. »

Elle s'étonna de ne rien ressentir. Aussi froide que l'acier de la lame qui reposait à présent dans les entrailles encore chaudes. Elle resta prostrée, le corps du mort pesant sur elle. Les flammes s'étaient emparées de toute la maisonnée à présent. La charpente s'écroula.

Image


La jeune femme se réveilla en hurlant. Elle agita les mains pour se débarrasser du cadavre qu'elle sentait sur elle et mit plusieurs minutes à réaliser qu'elle s'échinait contre de l'air. Elle entreprit de calmer sa respiration et les palpitations qui faisait bondir son coeur affolé. Elle se leva et vint se rafraîchir au broc d'eau qui trônait dans l'ancienne stalle reconvertie en chambre. Son refuge ne payait pas de mine mais elle s'y sentait bien. La flamme d'une bougie vint éclairer timidement la petite pièce au confort sommaire. Deux ans à présent que Feregond avait recueilli la jeune femme alors qu'elle errait presque morte dans les contreforts des Ered Nimraïs, cherchant en vain à les franchir. N'importe où mais loin des côtes du Gondor où les sbires d'Umbar la cherchaient sûrement.
Elle enleva sa tunique et se regarda à la lueur vacillante de la flamme. Il lui arrivait parfois de se demander si son corps était bien le sien. L'entraînement sévère de Feregond avait développé sa musculature, les dures journées de labeur avait bruni et tendu sa peau. Surtout, les reliquats physiques de l'enfance l'avaient également abandonnée.
La jeune femme esquissa un sourire qui lui dessina un air autant lassé que rassuré. Elle se retourna et la bougie lui échappa des mains, la petite flamme bondissant en plusieurs étincelles sur tous les tissus proches. En un instant la maison se transforma en brasier tandis qu'une silhouette noircie passait l'encadrement de la porte et se dirigeait vers la jeune femme terrorisée.
« Sale petite garce ! Maudit soit le jour où tu es sortie du ventre de ta mère. »

Image


L'ancienne capitaine se réveilla en hurlant. Elle s'agita dans tous les sens pour tenter de se débarrasser du cadavre noirci qui maintenait ses mains et éructait sur elle. Elle mit plusieurs secondes à réaliser qu'elle se débattait contre son amant tentant de la calmer. Elle s'affaissa et se blottit en pleurant dans les bras du géant qui resta interdit.
« Un cauchemar, juste un cauchemar. »
Elle ignorait, en disant cela, que le cauchemar allait bientôt frapper à sa porte.


[HRP crédits
- musique : Placebo, Protect me from What I Want (album Sleeping with Ghosts)
- images : Leonid Kozienko et The Crow Salvation (détail)]




Dernière édition par Istiriel le 3/11/2008 à 19:57; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
www
 
Istiriel
Messagers du Lond Daer
Archiviste

Messages : 37
Message Posté le: 3/11/2008 à 19:57    
Citer
 

[HRP : accroche pour le scénario des Libres Frontaliers]




L'histoire se répétait.

Isobel se regarda dans la glace d'un air triste. Elle avait lentement revêtu son armure, comme si prendre le temps d'enfiler un à un les éléments de sa tenue avait pu la tenir éloignée de la mission qu'elle devait accomplir. Ce n'était qu'une opération de routine pourtant, ou tout du moins une de ces opérations exceptionnelles qui restent assez fréquentes pour savoir comment réagir quand elles se présentent. Les épaules du capitaine cependant s'affaissaient comme si un destin funeste et inexorable s'était abattu sur elle. Isobel demeurait voûtée comme un vétéran soudain las de se battre et découvrant l'inutilité de tous les combats qu'il a menés.
Le capitaine enfila ses gants, crispa ses doigts, regarda sa main droite puis ferma le poing et asséna un coup rapide et violent qui fendit l'air. Le geste n'eut pas l'effet d'apaisement escompté. Elle le répéta, encore et encore, joignant son autre poing, accélérant la cadence et synchronisant ses mouvements. Sa respiration s'accommoda à cet effort accompagné d'une poussée d'adrénaline, ses traits se tirèrent de concentration. Ses pensées pourtant ne l'abandonnèrent pas tandis qu'elle se concentrait sur les coups imaginaires qu'elle assénait.

Fichu Paillelâtre. Elle poussa un rugissement tandis que la vision du sourire suffisant du sergent se superposait à celle de son nez écrasé dégoulinant de sang. Un rictus mauvais apparut sur le visage du capitaine et ses coups gagnèrent encore en intensité et en vitesse. Le Guet avait finalement décidé de frapper. Par une double ironie du sort ou un manque de discernement du veilleur-chef Roncenoire, l'opération allait être menée précisément à cet endroit, précisément par le capitaine. Elle jura, se retourna vivement et asséna un autre coup, plus ample, bras tendu, à une présence qui cette-fois s'avéra réelle. Incapable de retenir son mouvement elle vit son poing fondre sur la tête de Fergus.
Il y eut un choc qui remonta tout le long du bras de la jeune femme tandis que celui-ci s'était brutalement arrêté. Isobel ouvrit la bouche de stupeur : dans un réflexe dont elle ne le croyait pas capable, Fergus avait stoppé le coup d'une main enveloppant le poing de la capitaine. Une grimace crispa une fraction de seconde le visage impassible de l'intendant, révélant au capitaine la douleur que devait ressentir Chênedoré. Il ne dit rien pourtant, tendant simplement une arme de son autre main.
« Je suis désolée. »
Fergus ne répondit rien tandis qu'Isobel récupérait son arme et la ceignait.

Image


La jeune femme sortit de la maison, rejoignit sa monture et monta en selle. Une sourde appréhension lui nouait l'estomac. Elle s'apprêtait à éperonner son cheval quand la main de Fergus la retint. C'était la première fois qu'il la posait ainsi sur la sienne. Elle tenta une nouvelle fois de deviner ce que pouvait exprimer les traits de l'intendant mais ils demeuraient insondables. Il parla d'un ton neutre.
« - Si monsieur Roncenoire ne souhaite pas que vous fassiez appel à votre Compagnie, il reste d'autres solutions pour épauler la Garde Itinérante.
- Je sais. »
Elle lui sourit et éperonna à nouveau son cheval. Cette fois il ne la retint pas.

Fergus suivit du regard Isobel tandis qu'elle lançait son cheval au galop pour remonter la pente qui menait hors du quartier de Cornemur. Il plissa les yeux. Il aurait dû lui dire.

L'histoire se répétait.


[HRP crédits
- musique : P. Blaszczak & A. Skorupa, The Lesser of Two Evils (The Witcher O.S.T.)
- image : Larry Elmore.]




Dernière édition par Istiriel le 25/11/2008 à 00:21; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
www
 
Istiriel
Messagers du Lond Daer
Archiviste

Messages : 37
Message Posté le: 17/11/2008 à 22:28    
Citer
 

[HRP
- pour avoir des résumés succincts des événements
- pour suivre le scénario côté Caravane des Vents
- pour suivre le scénario côté Compagnie du Roseau Blanc
- pour suivre le scénario côté Heren Iaur
- pour suivre le scénario côté Libres Frontaliers.]


Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
www
 
Myrdalion
Tavernier

Messages : 5764
Message Posté le: 18/11/2008 à 23:32    
Citer
 

HRP REMERCIEMENTS


Trois des quatre scénarios de l'animation Quand les masques tombent sont à présent terminés. Le quatrième, amorcé pour la guilde Heren Iaur, est en réalité un fil directeur qui s'étalera sur la durée (vous en saurez plus dans les jours qui viennent).

Cette animation croisée a été menée en une semaine et demi sur un rythme soutenu grâce à l'implication de tous les Conteurs mais aussi des joueurs ayant fourni des PNJ ou ayant participé.

Je tiens à remercier pour leur participation en tant que joueurs
- Caravane des Vents : Clothild, Ealwyen, Eldgarth, Shyrel
- Compagnie du Roseau Blanc : Aldarus, Aldhen, Arangrond, Arnketil, Elensar, Elleanaelle, Espelor, Faerhorn, Galadas, Leandor, Osmund
- Libres Frontaliers : Brynn, Clay, Eadren, Eleowyn, Eotelm, Etta, Ragasdolf, Yeleiyne

Je tiens également à remercier tous les joueurs ayant fourni des PNJ, parfois au dernier moment
- Ald, qui a attendu près de deux heures pour jouer... 9 minutes
- Argalad, qui a bien meilleure allure après avoir été refait et avoir trouvé un haubert
- Azadir, un des PNJ imprévu qui a fort bien joué le jeu
- Borthandir, qui théoriquement ne faisait que passer
- Calanthir, décidément régulièrement soupçonné et qui a joué le jeu lui aussi
- Calibert, un des derniers fermiers encore présent dans les Hauts
- Celairil, autre PNJ improvisé ayant joué le jeu
- Cendrelame, interprété au pied levé
- Ealwyen, qui s'est improvisée PNJ en urgence à deux reprises
- Eren, qui a fourni le fil directeur de l'animation Roseau
- Ghorkhar, qui a attendu deux heures pour... ne pas jouer (record à battre)
- Isobel, qui a mené l'animation des Libres Frontaliers et participé à celle des Roseaux
- Ninmeleth, qui saute très bien de rocher en rocher
- Urbal, qui comme tout Sermenteux qui se respecte en tient une sacrée couche
- Varyar, qui a initié la deuxième soirée Roseau

Je tiens enfin à remercier les autres Conteurs qui ont prodigué aide, conseils, PNJ, temps et ressources. Et comme toujours un merci particulier à Phaenan pour avoir tout mené de concert.

J'ai certainement oublié des noms, n'ayant bêtement pas pris de notes et dirigé une séance presque chaque soir. N'hésitez pas à lancer une tomate pour vous rappeler à mon bon souvenir. Ca me permettra aussi d'avoir une liste à jour !


En attendant la suite côté Heren Iaur, to be continued... (Shyrel revient !)


Revenir en haut de page
Profil
MP
 
    Chapitres d'Estel -> Plume d'Airain Sujet précédent :: sujet suivant