Chapitres d'Estel -> Etude du Lond Daer -> [Récit] Chroniques d'un traqueur de reliques
 
Anthelme
Parchemins & Redingotes
Traqueur de reliques

Messages : 11
Message Posté le: 11/10/2011 à 08:17    Sujet du message : [Récit] Chroniques d'un traqueur de reliques
Évaluer
Citer
 




Nombreuses sont les ruines en Terre du Milieu, vestiges d'un temps ancien peuplé de souverains en leur royaume, de nobles demeurant dans des bâtisses luxueuses, d'artistes créant des merveilles inégalées, d'artisans dont les oeuvres survivront à l'époque qui les a vues naître, de héros accomplissant des exploits en maniant des armes d'exception, de bardes bâtissant leur légende...

Nombreux sont les contes pour enfants et chansons de geste qui parlent de trésors oubliés, d'artefacts puissants, d'armes légendaires, de richesses perdues datant d'une époque glorieuse tout aussi lointaine que révolue.
A présent, en ce temps de guerre tantôt larvée tantôt ouverte, l'inquiétude s'est glissée dans tous les esprits et chacun craint pour sa famille, sa terre, sa subsistance ou même simplement sa vie. Les royaumes perdus, les anciennes cités opulentes, les objets sertis de joyaux sont tombés dans la terre et l'oubli : plus personne ne s'en soucie hormis les enfants avides d'histoires... Et les chasseurs de trésors les plus courageux ou les plus vénaux.

Des ruines de Tharbad où sévissent les voleurs aux vestiges d'Annuminas laissés aux pilleurs, des décombres d'anciennes fortifications habitées par les brigands aux tertres des princes perdus hantés par des esprits mauvais, bien des trésors de la Terre du Milieu sont abandonnés aux mains avides de ceux qui se fichent du destin du monde.
L'esprit toujours à l'affût ils cherchent des indices inscrits dans la pierre, les textes ou les souvenirs pour découvrir une tombe inviolée, un coffre enfoui, une arme perdue, un secret maintenu... Et ainsi assurer leur fortune et leur gloire. Tour à tour brigands et érudits, riches et sans-le-sou, manoeuvres et mondains, séducteurs et menaçants ils se livrent à une course aux trésors continuelle où tous les coups sont permis et les associations souvent éphémères : ce sont les traqueurs de reliques.

Laissez-moi vous conter quelques-unes de leurs aventures...



Image



Hors-personnage :
- musique : Bratislava Symphonic Orchestra - Belmont's Theme (Castlevania Lord of Shadows O.S.T.)
- image : capture du jeu


Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
 
Anthelme
Parchemins & Redingotes
Traqueur de reliques

Messages : 11
Message Posté le: 7/02/2012 à 17:58    
Évaluer
Citer
 

Le chef des garnements hésita. Il était venu avec deux de ses comparses chercher des crosses au fils de la rebouteuse, un étrange garçon qui passait son temps à lire et se tenait à l'écart des autres. De toute évidence une poule mouillée qui n'était protégé de la vindicte des camarades de son âge que par la peur sourde qu'inspirait les talents mystérieux de sa mère. La rumeur la considérait sorcière et aussi femme légère car nul n'avait vu son mari et père de son enfant, si tant est qu'il y ait eu un mari.

Allez, ouste !

Le projet de bastonnade cependant était présentement empêché par celle qui venait de prononcer cette injonction avec assurance : une fillette qui se tenait fièrement face à la petite bande, les poings fichés sur les hanches. Le chef des garnements la connaissait. Elle ne savait pas se battre mais pouvait s'avérer une vraie teigne et avait déjà mis en déroute des garçons plus costauds à coup de morsures, de griffures ou, plus dangereux, de sarcasmes à même de ruiner une réputation de dur.
Sur son rocher le fils de la rebouteuse continuait à lire, indifférent aux trois garnements venus le rosser et à la gamine qui s'était interposée. Tandis que la fillette ne bronchait pas et que le chef cherchait vainement une répartie pour battre en retraite en préservant un brin de contenance, le discret froissement d'une page tournée s'envola pour disparaître dans un imperceptible souffle d'air.

Les garnements partis la gamine fit un tour sur elle-même en riant et courut vers le rocher, se laissant tomber à côté dans l'herbe fraîche, fermant les yeux et posant les mains sur le ventre.
Ca raconte quoi ?
Le garçon releva la tête de son ouvrage, plissant les yeux en regardant l'horizon comme s'il discernait quelque chose en émergeant. Fidèle à son habitude il resta d'abord silencieux, réfléchissant à une amorce qui l'entraînerait ensuite sans pause dans un long récit conté avec animation.

« C'est l'histoire d'un noble du temps jadis vivant dans une somptueuse demeure et organisant des fêtes célèbres dans tout le royaume. Une grande partie de sa vie il avait vécu en temps de paix et il n'accordait que peu d'importance aux inquiétudes provenant des frontières. Son fils cependant était d'un autre avis et avait rejoint les troupes royales, autant désireux de protéger son peuple que de se couvrir de gloire. Il souhaitait surtout se faire bien voir du roi car il espérait courtiser sa fille, sans se douter que... »
Le garçon interrompit son récit lorsque, se tournant vers la fillette, il s'aperçut qu'elle s'était endormie. Il se massa le menton, haussa les épaules et reprit sa lecture.


Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
 
Anthelme
Parchemins & Redingotes
Traqueur de reliques

Messages : 11
Message Posté le: 7/02/2012 à 18:02    
Évaluer
Citer
 



Une grande planchette rectangulaire en bois dont les stries nombreuses et la couleur foncée mêlée de tâches plus sombres laissaient deviner ou l'ancienneté ou l'usage régulier, sans doute les deux.
Près de la porte, un âtre circulaire de pierres noircies au creux duquel se lovait un feu guilleret. Maintenue au-dessus, une vieille marmite cabossée où chauffait un mélange humant bon le court-bouillon de légumes. Dans la marmite un brochet tout juste pêché soigneusement enroulé dans un linge blanc. Sommairement posées contre le mur une canne à pêche de simple facture et une besace raccommodée.
Près de la planchette, une grande assiette en terre cuite à la forme ovale imprécise. Non loin une autre assiette plus petite dont une partie en forme de vague triangle manquait sur le bord. Attendant à côté, quelques échalotes, une petite motte de beurre et une fiole. Tout cela dans une pièce de taille modeste encombrée d'ustensiles, de jambons et saucisses suspendus, d'étagères gorgées de bocaux et corbeilles contenant des confitures, des noisettes, des fèves, des pois, des céréales, des épices...

Anthelme regarda l'ensemble d'un air satisfait. Il saisit avec dextérité un couteau de bonne taille et hacha rapidement les échalotes, commençant à chantonner. Une voix chaude et grave, agréable à entendre malgré les libertés qu'elle prenait avec le rythme et l'air original de la chanson qui parlait de la fille d'un meunier et s'avérait gaillarde.
L'homme mélangea les échalotes avec le contenu de la fiole dans l'assiette ébréchée qu'il posa sur les pierres chaudes cernant l'âtre puis s'approcha de la marmite. Il en sortit avec précaution le brochet enturbanné, s'aidant d'une étrange spatule trouée en bois, et le posa sur la planchette.

Le poisson, déjà vidé et nettoyé avant son séjour dans le court-bouillon, fut délicatement libéré du linge l'emmaillotant puis apprêté avec minutie, découpé en filet et soigneusement libéré de ses arrêtes. Tandis qu'Anthelme était concentré sur la préparation du plat la porte de la pièce s'ouvrit en grand et avec vivacité, laissant entrer le froid et une bourrasque prenant la forme d'une femme affichant tenue négligée, cheveux en bataille relevés de quelques brindilles, mine enjouée garnie d'un sourire radieux et narines frémissantes s'enivrant du fumet enveloppant la pièce. Ses deux mains suffisaient tout juste à tenir un gros caillou informe.
« Antie ! T'es de retour ! »
Pas le moins du monde déconcerté par cette entrée virevoltante et cette joyeuse apostrophe, Anthelme déplaça la planchette où reposaient les filets de brochet pour la poser sur une table, à vrai dire une simple planche posée sur des tréteaux, hochant la tête et désignant le plat. La femme ne se fit pas prier et s'installa, regardant tantôt avec avidité le brochet, tantôt avec impatience le cuisinier qui finissait de préparer la sauce en rajoutant le beurre aux échalotes. Ceci fait, Anthelme s'assit à son tour et nappa les filets. Il ne servit cependant pas son invitée surprise, prenant un air sérieux.
« - Lihene, la règle n'a pas changé.
- Hun~hun. Je t'ai apporté ça ! »
La femme posa le caillou sur la table avec une brusquerie qui produisit un son mat. Elle retira ses mains et attendit toute excitée le verdict de son hôte. Celui-ci rapprocha le caillou, l'observa quelques instants et fit la moue. Ce n'était qu'une pierre, plate et blanche, sans doute issue de quelque vieille construction depuis longtemps écroulée. Il allait la reposer dans un soupir quand des marques, comme des traits ou une rune à moitié effacée attirèrent son regard. Selon toute vraisemblance ils avaient été gravés rapidement et récemment. Anthelme abandonna l'étude de la pierre pour reporter son attention sur Lihene : il la soupçonnait d'avoir gravé ces traits elle-même en espérant donner ainsi une valeur à ce qui n'était qu'un gros caillou. Prenant ce regard appuyé comme une preuve que ce qu'elle avait ramené était important, la femme récupéra avec empressement un filet de brochet et se mit à manger avec appétit, parlant la bouche pleine.
« J'l'ai trouvé au chommet du Mont Venteux. T'as vu y a des marques, c'est préchieux ! Une relique contre un repas, ch'est la règle ! »

Anthelme se massa la barbe. La pierre ne valait rien. Si encore les marques étaient le fait d'un homme illustre du temps jadis... Mais elles paraissaient trop récentes et anodines pour valoir quoi que ce soit. Il ne dit rien cependant, laissant Lihene manger et attaquant à son tour le filet de brochet.


Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
 
Anthelme
Parchemins & Redingotes
Traqueur de reliques

Messages : 11
Message Posté le: 7/02/2012 à 18:03    
Évaluer
Citer
 

Anthelme s'installa confortablement dans son vieux fauteuil dont une brique remplaçait un des pieds, manquant. Une couverture épaisse, assemblage de tissus bariolés grossièrement cousus, masquait le revêtement rapiécé. Le chasseur de trésor posa négligemment ses pieds emmitouflés dans de grosses bottes de cuir brossé sur une table basse en bois, faisant distraitement tourner entre ses doigts une clé en ferraille qu'il gardait toujours par devers lui. Bien que seule rescapée d'un héritage parti en fumée elle demeurait un mystère pour lui. Non pas qu'il ne soit pas parvenu à le résoudre ; il n'en avait, en fait, pas pris la peine.

Etonnant, pour un traqueur de reliques habitué à faire des recherches et à fouiller les endroits les plus improbables, de laisser en plan aussi longtemps sa propre histoire. Plus de quinze ans séparaient le jour présent de celui où sa mère avait succombé dans l'incendie criminel de la maison familiale. Un tel drame réclamait d'ordinaire vengeance pour les meurtriers et recherches pour découvrir ce qu'ouvrait la clé. Anthelme pour sa part s'était tenu éloigné de ces deux attitudes. Non pas qu'il n'ait pas éprouvé le besoin de l'une et de l'autre – d'autant plus qu'il estimait que la disparition de sa mère et l'existence de la clé étaient liées – mais il était conscient de ne pas avoir à l'époque les ressources pour mener une telle entreprise de manière convenable. Tout cela viendrait plus tard, quand il l'estimerait utile et approprié.

En attendant Anthelme n'avait pas manqué de faire des trésors oubliés et des reliques anciennes sa profession. Il savait les trouver, les identifier et quoi en faire fut-ce une carte, un artefact, un meuble, un bijou, une arme, une tapisserie... Il connaissait l'histoire et les légendes, du moins toutes celles sur lesquelles il avait pu mettre la main. Il tirait de ses activités de quoi subvenir à ses besoins, connaissait bien la région et ses ruines, commençait à s'aventurer dans tout l'Eriador et imaginait déjà aller plus loin, vivait tranquillement dans une cabane isolée où ses quelques amis ne manquaient pas de passer, savait où se rendre et qui contacter pour faire des affaires et se tenir au courant des choses qui l'intéressaient... Mais ne s'était toujours pas penché sur son passé. Il était devenu un homme et le temps approchait où il s'emploierait à revenir sur ses pas. Pour le moment cependant il arpentait d'autres chemins d'antan.

Anthelme bondit hors de son fauteuil, coiffa son chapeau, équipa son sac de voyage et ouvrit la porte. L'aventure l'attendait comme une amante insatiable.


Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
 
    Chapitres d'Estel -> Etude du Lond Daer Sujet précédent :: sujet suivant