Aller à la page 1, 2, 3  suivante
 
    Chapitres d'Estel -> Etude du Lond Daer -> De Soie et d'Epices
 
Andarius
Copiste

Messages : 141
Message Posté le: 2/03/2010 à 19:29    Sujet du message : De Soie et d'Epices
Évaluer
Citer
 

De Soie et d'Epices

Tome I

Naissance d'une Route Commerciale


Image


Revenir en haut de page
Profil
MP
 
Andarius
Copiste

Messages : 141
Message Posté le: 2/03/2010 à 19:32    
Évaluer
Citer
 

*
* *


Prologue


* *
*


Revenir en haut de page
Profil
MP
 
Andarius
Copiste

Messages : 141
Message Posté le: 2/03/2010 à 19:33    
Évaluer
Citer
 

Quelque part au Pays de Bree...


Les antiques ruines étaient plongées dans un silence recueilli, que seuls les chants nocturnes de quelques nicbriqueux venaient troubler. La pâle clarté de la lune donnait à ces vestiges de l’ancienne Arnor un caractère des plus solennels, fort adapté aux circonstances. Au cœur du cercle de vieilles pierres se dressait un haut bûcher, sur lequel était allongée la dépouille de Ser Etanhiael. Revêtu pour son dernier voyage de la livrée bleue et blanche de la Maison Blanchétoile, ses mains étaient jointes sur son torse, posées sur la garde de son épée. Ses traits, d’ordinaire si souriants malgré le pli soucieux qui barrait son front depuis bien trop longtemps, respiraient à présent la paix et la quiétude que seule la mort avait pu lui apporter.

Réunis autour du bûcher se tenaient les proches du défunt, arborant eux aussi les couleurs de la Maison Blanchétoile. Tous portaient au bras gauche, le bras du cœur, un noir brassard en signe de deuil. Ser Trystiel lui-même était présent : exceptionnellement venu dans la région pour présider à l’inauguration du Comptoir de la Crique-aux-Glaïeuls, le hasard avait voulu qu’il soit à l’enterrement de son cousin. Moins futile qu’à son habitude, aucune jeune femme n’était accrochée à son bras et il venait d’achever une oraison funèbre des plus élogieuses, insistant sur les cent quarante années que le défunt Intendant avait passé à servir la Maison Blanchétoile.

A ses côtés était Dame Sionedh, plus raide encore qu’à l’ordinaire, les yeux quelque peu embués. Puis Ser Aedred, dont le regard empreint de compassion était dirigé vers sa cousine, debout à la droite de Ser Trystiel. Désormais orpheline, Aerynn semblait comme absente. Douleur et détermination se mêlaient étrangement dans ses prunelles perses fixées sur la dépouille de son père, son visage aux traits fins demeurant comme impassible. Ses yeux rougis attestaient néanmoins des pleurs qu’elle avait versé peu auparavant. Près d’elle le fidèle Dren, dont la loyauté et la fidélité à l’égard de l’ancien Intendant avaient toujours été sans faille. Le regard brillant, la détresse de l’ancien enquêteur du Guet de Bree était certaine.

Seul Ser Delbaeth, second fils de Ser Etanhiael, brillait par son absence. Le père et l’enfant ne s’entendaient guère, cela était de notoriété publique. Mais tous présumaient néanmoins qu’il serait au moins présent aux funérailles du doyen. Quelque peu en retrait de la scène, appuyé sur l’un des murs en ruines, le sage Anathor dessinait la scène sur une grande feuille de parchemin, immortalisant ces instants. Son corbeau aux blanches plumes était perché sur son épaule, captivé par le dessin et ayant visiblement renoncé à ses jacasseries habituelles, peut être lui aussi sensible à la gravité de la situation.

De longues minutes s’écoulèrent ainsi, chacun se recueillant en son for intérieur. Puis, Aerynn s’avança. Elle présenta la torche qu’elle tenait fermement en main au brasera proche de l’une des colonnes à moitié effondrée. Les braises rougeoyantes qui sommeillaient paisiblement dans le creux de métal enflammèrent sans difficulté celle-ci, éclairant d’un vif halo lumineux l’assemblée. La jeune femme, levant la torche devant elle, s’approcha lentement du haut bûcher.

Elle sembla hésiter. Une longue minute s’écoula, avant qu’elle n’abaisse finalement la torche, boutant ainsi le feu au bois sec entassé avec soin. Les flammes s’élevèrent rapidement, semblant comme vouloir atteindre les étoiles elles-mêmes. La poudre répandue dans l’après-midi sur le bûcher conférait à l’âcre fumée qui s’élevait dans les cieux une couleur blanche, symbole de la voie empruntée par Ser Etanhiael pour son dernier périple…


Image


[Note de l'Auteur : Le nom de Ser Aedred était encore utilisé à l'époque, même si nous le connaissons aujourd'hui sous le nom de Ser Raeniel Blanchétoile.]


Revenir en haut de page
Profil
MP
 
Andarius
Copiste

Messages : 141
Message Posté le: 2/03/2010 à 19:42    
Évaluer
Citer
 

Demeure de Ser Etanhiael, Bree


Aerynn était assise dans le confortable fauteuil de cuir qu’affectionnait tant son père autrefois. Ses doigts parcouraient avec nostalgie le bureau usé par les ans, se remémorant toutes les années durant lesquelles il avait travaillé à cette même place. Face à elle, affalé dans un fauteuil, Dren, l’air quelque peu perdu, laissait son regard parcourir la pièce, s’attardant ici ou là, au gré des souvenirs. Presque machinalement, il porta à ses lèvres la petite flasque en argent qui ne le quittait jamais, buvant une large rasade de son contenu.

Aerynn darda sur lui ses yeux bleu-vert, ramenant en arrière une mèche de cheveux rebelle. Sa voix était douce, posée. Pourtant, l’enquêteur discerna la tension que la jeune femme tentait de dissimuler.

    « Dren… Tu ne m’as pas dit comment tu avais trouvé Père ce fameux matin. »

L’intéressé accrocha le regard de la jeune femme, mal à l’aise. Il inspira longuement, but une nouvelle gorgée du liquide ambré puis referma la flasque qu’il rangea sous son pourpoint de cuir élimé.

    « Vous connaissez la version officielle, non ?
    - Je sais ce que le Conseil a bien voulu en dire. Mais je sens que l’on me cache quelque chose. Et je veux connaître la vérité. Ta, vérité. »

Dren soupira de nouveau, son regard se portant machinalement là où gisait le corps de l’ancien Intendant lorsqu’il l’avait découvert. Lorsque son monde s’était écroulé tout autour de lui, malgré une coupable sensation de… soulagement ? L’homme se redressa, et déposa devant la jeune femme un parchemin cacheté du sceau de son père, et une bague.

    « La bague de mon père ?
    - Et une lettre. Pour vous, assurément. »

Fronçant les sourcils, Aerynn s’empara des objets. Le regard humide, elle caressa la bague si familière avant de la passer à son doigt. Elle décacheta soigneusement la lettre, qu’elle déroula. Ses yeux parcoururent le document une première fois. Puis une seconde. Lorsqu’elle les releva vers Dren, ce dernier put y lire un étrange mélange d’émotions : peine, incertitude, perplexité

    « Savais tu, pour les activités de mon père ?
    - Il ne me cachait rien, vous le savez bien.
    - Je veux dire… toutes ses activités ? »

Son interlocuteur se contenta de hocher la tête avec gravité. Son regard émeraude ne quittait pas les yeux de la jeune femme. Elle reprit.

    « Oui, bien sûr. Tu as toujours été un bon petit soldat. Et pour sa mort ? Ne va pas me dire qu’elle était naturelle.
    - Non, Aerynn. Il a été exécuté.
    - Par qui ?
    - Je l’ignore.
    - Le Conseil ?
    - Sans doute, oui.
    - Comment ?
    - Une lame. De ce que j’ai pu constater, je pense qu’il s’est volontairement offert à cette exécution.
    - Mais… pourquoi ?
    - J’ignore ce qu’il vous dit dans sa lettre. Mais il était allé trop loin. Et il ne le savait que trop bien. »

Aerynn baissa les yeux, accusant le coup de ces révélations. De longues minutes s’écoulèrent lentement. Dren reprit en main sa flasque, qu’il déboucha. La jeune femme, sans même le regarder, tendit la main dans sa direction. L’homme répondit à la demande muette, lui offrant le flacon argenté. Les paupières closes, elle en engloutit une ample gorgée. Le feu se répandit dans tout son corps, manquant de lui arracher une quinte de toux.

    « Par les Valars ! Comment peux tu boire cela ? »

Dren rit doucement, buvant à son tour une courte rasade. Aerynn se redressa sur son fauteuil. Son regard pers, brasillant d’une détermination des plus farouches, se posa sur l’ancien enquêteur.

    « Dren, je vais avoir besoin de toi.
    - Hmm. Pourquoi ne suis-je pas sûr de vouloir entendre ce qui va suivre ? »

Un sourire amusé éclaira les traits fins de la jeune femme.

    « Allons, Dren, me laisserais tu donc seule à mon sort ?
    - Vous savez bien que non, Aerynn. Et c’est justement cela qui me fait peur.
    - Je veux poursuivre l’œuvre de mon père, Dren. La Compagnie de Bois Argenté va avoir besoin d’un nouveau dirigeant. Et la nomination de Ser Aedred à la tête du Conseil nous prive d’un véritable Intendant. Et puis… je sais que mon père l’aurait voulu.
    - De cela je suis sûr, oui. Mais est-ce… vraiment tout ce que vous voulez ?
    - Non, tu t’en doutes. Mais nous aurons l’occasion d’en reparler, mon ami. »

Poussant un soupir résigné, Dren vida sa flasque d’un trait avant de ranger celle-ci. Il faudrait vraiment qu’il songe à la remplir, car à n’en pas douter celle-ci ne manquerait pas de lui être fort utile dans les temps à venir…


Revenir en haut de page
Profil
MP
 
Andarius
Copiste

Messages : 141
Message Posté le: 2/03/2010 à 19:44    
Évaluer
Citer
 

Bree, Comptoir marchand de Lamenuir.

- Le bon jour, Calanthir.
- Le bon jour, Aedred. Quel bon vent vous pousse à quitter les vertes prairies de la Comté ?
- Je viens pour affaires, pour ne rien vous cacher.


Image


Portant ses doigts bruns à sa courte barbe, le Gondorien hocha la tête. Après leur dernière entrevue, l’ancien capitaine ne s’était certes pas attendu à recevoir, de manière impromptue, la visite du Rohir. Et l’absence de sa fille à ses côtés le surprit d’autant plus que ce dernier semblait s’être déplacé seul.

- Ma fille ne vous a pas suivi... serait-elle souffrante ? Ou me boude-t-elle encore ? s’enquit Calanthir, un regard faussement mécontent adressé à son interlocuteur.
- Je ne parlerai pas en son nom, Calanthir. Mais… je crois surtout qu'elle savait que ma visite ne se limitait pas à une simple entrevue amicale.
- Bien. Je vous écoute, Aedred… le pria le Prévôt en l’invitant d’un ample geste du bras à s’approcher de l’imposante table qui abritait toute une panoplie désordonnée de cartes piquées de repères.
- Même si je prends lentement mes distances de la Compagnie de Bois Argenté, je souhaite mener à bien certains projets qui me trottaient dans la tête. Je comptais notamment développer quelque peu l'activité de la Taverne du Loup Borgne. Celle-ci ne fournit que des bières, et du vin de qualité serait sans doute bienvenu dans la région…

Les bras croisés sur son torse, Calanthir observait Aedred avec une attention soutenue, appuyant ses paroles d’un mouvement lent de la tête.

- Votre si charmante fille avait à plusieurs reprises mentionné devant moi le vin de Dorwinion. Et le fait que son oncle en fasse commerce ?
- Hm…

L’ancien capitaine se raidit à l’évocation de son frère aîné. Un imperceptible rictus de contrariété anima ses lèvres barbues. Il tenta de maîtriser l’émotion sournoise qui assombrit son front en affichant un sourire neutre. Cependant, son trouble n’échappa guère à son futur gendre.

- Hm. Je vous sens... ennuyé, Calanthir.
- Eh bien... hésita ce dernier malgré le regard encourageant du Rohir. Celairil ne vous a pas menti en évoquant l'activité principale de son oncle et… c'est tout à son honneur que de vanter les mérites de son commerce.
- Mais... ?
- Oui... cependant... fit Calanthir en grimaçant. Ma fille ignore que les relations avec mon frère aîné... Ascarnil, sont quelque peu... tendues.
- Oh...
- Malgré notre différend… poursuivit-il, les mâchoires crispées. Il… ne manque jamais de nous envoyer ses vins les plus précieux. Il a... l'âme généreuse.
- Voilà qui semble plaider en sa faveur.

Le Gondorien branla lentement du chef, considérant Aedred avec une certaine insistance. Le silence, soudain et dérangeant, pesa entre les deux hommes, silence qu’aurait pu combler l’ancien capitaine par le seul pouvoir de ses mots. Des mots qui auraient éloigné les images fugaces d’un souvenir lointain mais encore vif… et exorcisé le malaise qu’il ressentait en cet instant. Le Comptoir marchand d’Esgaroth… Ascarnil et… Mais l’homme les retint farouchement à la frontière de ses lèvres pincées. Il se ressaisit et prit la parole, sous le regard perçant d’Aedred.


Image

- Si je suis bien votre idée et... coupez-moi si je me trompe... vous comptez vous rendre à Esgaroth ?
- Pas personnellement.
- Hm.
- Pensez vous qu'il puisse être envisageable de commercer avec lui ? Ou vaudrait-il mieux l’éviter ?

Calanthir se détourna d’Aedred, les sourcils froncés au-dessus de ses prunelles vertes rivées sur les flammes dansantes de l’âtre. La requête du Rohir le déroutait… Il reporta son attention sur ce dernier.

- Aedred. Pour être honnête avec vous, je n'ai pas vu mon frère aîné depuis... plus de vingt ans.
- Tant que cela ?
- Malgré ses… attentions à notre égard, je ne saurais parler en son nom.
- Hm. Pensez-vous qu'il puisse être... intéressant d'envoyer à votre frère une petite délégation afin de discuter d'un éventuel accord ? Son appartenance à la Corporation de votre père me gêne quelque peu, mais une route commerciale entre Esgaroth et Bree... voilà qui serait sans doute une bonne chose, ne croyez-vous pas ?
- Intéressant dans le sens où le commerce d'Ascarnil est florissant, qu'il prend à cœur la charge qui lui a été confiée, contrairement à moi. Et... oui, il est le fils de Thorond, aussi. C'est un risque à prendre, Aedred.
- Hm.
- Mais l'ouverture d'une telle route commerciale n'est certes pas à négliger.
- En effet. Malheureusement nous vivons une époque où les partenaires commerciaux se font rares... Trop rares sans doute pour négliger ce type d'opportunités. Et puis... qui sait, peut-être votre frère nous réservera-t-il de bonnes surprises ? Peut-être votre exemple fera-t-il des émules ?
- Vous seul pourrez me le dire… ou ceux de votre délégation.
- Ou ceux que j'enverrai sur place pour discuter avec votre frère, oui… renchérit Aedred avant de marquer une pause. A vrai dire j'aimerais envoyer Aerynn. Elle a l'expérience des routes et tient de son père l'art du négoce. Et puis... cela lui changerait les idées je crois.
- Mais... irait-elle seule ? s’enquit Calanthir que cette perspective rendait sceptique.
- Non, bien sûr. Je pense que Dren l'accompagnera. Et peut-être d'autres. Vous-même souhaiteriez sans doute joindre quelques personnes à ce périple ?

L’air peu convaincu, Calanthir acquiesça.

- Je pourrais vous prêter un homme ou deux. Mon Comptoir est pauvre en effectif, comme vous le savez… répondit le Gondorien, esquissant une moue embarrassée.
- Ne vous inquiétez pas. J'ai les effectifs nécessaires. N'envoyez donc des hommes que si vous le souhaitez.

Aedred souriait avec chaleur. Calanthir inclina son front, souriant à son tour.

- Et... quand envisageriez-vous cette expédition ?
- Hm. Le plus tôt sera le mieux. Le temps de faire les préparatifs, sans doute. Disons, peu après le marché de Lamenuir ?
- Ah... en effet !
- Je ne tiens pas à attendre l'hiver.
- Hm. Tout dépendra de la route que vous emprunterez mais... oui ! il serait préférable de ne pas attendre que l'hiver frappe à nos portes.
- Pour en revenir à votre frère… auriez-vous une quelconque recommandation à son sujet ou… quant à la route à emprunter ?
- Je vous encourage vivement à demander le soutien du Peuple Sylvain, si votre expédition compte emprunter la Route de la Vieille Forêt. Car... contourner les Hithaeglir par le Sud vous ferait perdre un temps inestimable... émit le Gondorien, le regard se perdant un instant dans l’éclat mouvant des flammes de la cheminée. Mais je ne m'y entends guère en matière d'Elfes...
- Hmm. Il est vrai que cela nous ferait gagner un temps précieux. Je verrai pour charger de cette mission les Elfes qui servent la Maison Blanchétoile… fit Aedred. Il y a aussi la possibilité du Nord. Mais malgré la défaite du nécromancien qui y demeurait il y a quelques décennies, je préférerais éviter cette région.
- Certes… Je pense qu'il faut profiter que les cols soient accessibles, avant l'hiver, pour pousser vers l'Est... Puis... une fois la barrière des Hithaeglir franchie, il ne restera plus que le problème du passage dans la Forêt noire.
- Plus que... répéta le Rohir, un sourire amusé étirant ses lèvres. Aerynn parle elle aussi le Sindarin. Mais… espérons que nos amis auront eu le temps de discuter de ce passage au préalable.
- Cette précaution sera plus que nécessaire. Pour la sérénité de cette expédition.
- En effet. Je vais voir ce qu'il est possible de faire en ce sens…

Calanthir opina du chef, lissant les poils de sa barbe, tout à ses réflexions.

- Je crains qu'il ne se fasse tard. Je vais devoir vous laisser, mon ami. Merci à vous pour tous ces conseils éclairés. Sans doute aurons-nous l'occasion de rediscuter de tout cela.
- N'hésitez pas, Aedred. Bon retour en Comté.
- Merci encore, et à bientôt, mon ami.

Aedred lui adressa un sourire chaleureux et s’éclipsa, laissant l’ancien capitaine remonter seul le vieux sentier de souvenirs enfouis.

Rédaction du "compte rendu" : Isiliell
Images : LOTRO, retravaillées par Isiliell


Revenir en haut de page
Profil
MP
 
Andarius
Copiste

Messages : 141
Message Posté le: 2/03/2010 à 19:45    
Évaluer
Citer
 

*
* *


Chapitre I

Droit de Passage


* *
*


Revenir en haut de page
Profil
MP
 
Andarius
Copiste

Messages : 141
Message Posté le: 2/03/2010 à 19:46    
Évaluer
Citer
 

[NB : Animation qui se déroula dans le courant du mois d'Août 2009]


Image


Une missive, initiée par Ser Raeniel Blanchétoile et requérant la nécessité de pourparlers avec le peuple Nando sur l’éventualité d’un droit de passage de la Forêt Noire, était parvenue entre les mains du Roi Thranduil. Ce dernier, sans doute mû davantage par la curiosité que par un réel intérêt pour les affaires diplomatiques, avait dépêché l’un de ses représentants plénipotentiaires : Ellyriel Flammargent.

Image
La missive de Ser Raeniel Blanchétoile a attiré l'attention, et la curiosité, de notre Roi.
Ainsi... vous autres hommes du Pays de Bree souhaiteriez le libre passage à travers la Forêt Noire ?


Sous la voûte lumineuse de la Salle du Feu, le visage dénué de la moindre émotion, son regard neutre errant de l’un à l’autre, le Nando, entouré de ses gardes du corps, Iorethel et Filinuil, avait écouté les émissaires des différentes maisons, intéressés par la perspective qu’une route commerciale soit ouverte entre l’Eriador et le Rhovanion : Faelthand Rivechaumes et Inzilaphel, dépêchés par le Lond Daer, Eadren Fairië des Libres Frontaliers, le nain Gograne et Helmerick de la Maison Blanchétoile.

Image
Un tel accord exigerait une chose qui manque cruellement. La confiance.


Image
Des hommes traversant nos terres... il nous sera plus difficile de repérer d'éventuels espions.
Les derniers nains à avoir traversé nos forêts n'avaient pourtant pas fait preuve de la plus grande honnêteté.
Mais passons... Qui sera à nos côtés ?
Où serez-vous lorsque l'ombre de Dol Guldur s'abattra finalement sur nous ?




Si la discussion prit un ton houleux, tourbillonnant autour des vieilles rancœurs et haines raciales, s’appesantissant sur le rôle joué par les peuples lors d’anciennes guerres ou querelles échappées de vieux tomes poussiéreux ou du souvenir des Eldar… l’assemblée finit par se mettre d’accord sur les termes du contrat qui permettrait aux Elfes de la Forêt Noire d’accorder – ou non - leur confiance.

Outre le négoce d’un accord profitable tant aux Elfes qu’aux Nains sur la livraison d’armes et armures, la délégation du Roi Thranduil exigea, par respect pour leur savoir, qu’il leur soit rapporté une relique elfique et, pour preuves de la loyauté et du courage des Edain, les trophées d’une cinquante de tabards appartenant aux gobelins.

Tout était encore à jouer…

[Rédaction du "compte-rendu" : Isiliell
Images : LOTRO, retravaillées par Isiliell]


Revenir en haut de page
Profil
MP
 
Andarius
Copiste

Messages : 141
Message Posté le: 2/03/2010 à 19:49    
Évaluer
Citer
 

[La même réunion, vue par le Capitaine Eadren Fairië,
des Libres Frontaliers
]


La Cour des Ecuries d'Imladris était quasiment déserte, hormis le passage pressé de quelques rares Cavaliers. Outre Eadren, seul se tenait là cet Elfe au profil et à l'équipement sylvestre, aussi immobile qu'on pouvait l'être.

L'arrivée de Faelthand de La Maison Rivechaumes et d'Inzilaphel des Messagers du Lond Daer apporta une vie bienvenue à la place, et le Rohir s'approcha pour saluer les visiteurs qu'il pensait être là en tant qu'Emissaires dans le but de rencontrer les envoyés du Roi de la Forêt Noire.

Ils se présentèrent tous trois à l'Elfe, qui sans un mot les pria de le suivre. Il les mena ainsi à La Dernière Maison simple, en l'impressionnante Salle du Feu. Là les attendait deux des siens.

L'Assemblée fut enfin rejointe par un Nain représentant la Maison Blanchétoile, et les échanges purent commencer, après que chacun se soit installé autour d'une des Tables de La Salle. Eadren se plaça en retrait, attentif aux débats mais restant silencieux. Il était question de commerce, et il n'était pas concerné directement par les négociations.

Image



Fort logiquement, les Elfes du Royaume de Thranduil se montrèrent tout d'abord réticents à l'idée de laisser de nombreux Hommes sillonner ainsi leurs Terres. Cela irrita quelque peu l'Emissaire Nain, qui semblait assez impatient de conclure un accord. Durant un court moment, Eadren craignit que la tournure des débats ne glisse vers les éternels conflits raciaux, mais la conversation finit par déboucher sur une perspective favorable de la part des Elfes. La Voie pourrait être ouverte, il serait même envisageable d'établir un commerce avec le Royaume Sylvestre lui-même. Mais avant cela, les Hommes et les Nains devraient faire preuve de leur bonne foi et gagner la Confiance des Elfes. Pour cela ils devraient réaliser deux choses.

Tout d'abord apporter aux Emissaires de Thranduil une trace ancienne de Connaissance portant le Sceau des Elfes, montrant par là même la considération des Hommes pour le Savoir, et notamment celui des Premiers Nés. Eadren en conclut que des textes décolorés en Sindarin pourraient convenir à ce souhait. Faelthand se proposa de voir cela au sein de sa Maison.

La seconde demande émana du troisième Elfe, celui qui avait accueilli les Emissaires aux Ecuries. Il était à l'évidence muet, et la Dame Elfe Iorethel lui prêta sa voix. Combattant de la partie occidentale du Royaume Sylvestre, il subissait régulièrement avec les siens les Raids des Gobelins venus des Monts Brumeux. Une possible Aide militaire ayant été évoquée durant la discussion, il demanda donc qu'un Assaut soit mené sur les camps Gobelins. Cinquante Tabards prouveraient la réalisation de l'Acte.

Voici quelque chose qui émanait du domaine d'Eadren et des siens, Les Libres Frontaliers. Tout autant visiblement que de celui de Gograne, le Nain de La Maison Blanchétoile, dont l'oeil brilla d'un éclat intéressé dés qu'il fut question de combattre. Cela fut donc accepté.

Rendez-vous fut donc pris, puis Faelthand se leva soudain, et laissa exploser une colère sourde envers les Elfes, qui laissa Eadren fort surpris. Il leur reprocha leur arrogance envers eux, ainsi que leur Egoïsme dans leur volonté à obtenir une aide militaire, alors que de nombreux peuples de la Terre du Milieu, le Gondor notamment, connaissaient une situation tout aussi difficile que la leur et devaient pourtant se débrouiller seuls. L'Homme finit par quitter la Salle du Feu, criant une dernière fois ses origines Gondoriennes.

Eadren prit congé à son tour, non sans avoir salué avec Respect les Trois Emissaires de Thranduil. Il leur trouvait grande Prestance dans la tenue et le dialogue, le Roi avait bien choisi ses Envoyés. Il semblait bien légitime au Rohir que la confiance des Elfes de la Forêt Noire soit d'abord à gagner. En situation difficile car soumis à la menace de L'Ennemi, leur demande avant de s'engager auprès des Hommes et de leur ouvrir leur Territoire était bien compréhensible.

Les Libres Frontaliers combattaient partout où cela s'avérait nécessaire, et ils avaient mené à plusieurs reprises des Campagnes dans les Monts Brumeux. Visiblement, le temps de rendre un peu de Sérénité aux hauteurs enneigées était revenu. Pour cela, l'aide militaire de La Maison Blanchétoile et de La Compagnie du Roseau Blanc, ainsi que de tout Combattant volontaire, serait la Bienvenue.


Revenir en haut de page
Profil
MP
 
Andarius
Copiste

Messages : 141
Message Posté le: 2/03/2010 à 19:51    
Évaluer
Citer
 

[Un autre point de vue : Inzilaphel,
des Messages du Lond Daer.
]


Sa présence dans la Salle du Feu tirait plus de la coïncidence que d'un réel intérêt, la route du Thelion et la sienne s'étant simplement recoupées peu avant cette rencontre commerciale. Une fois qu'elle l'eut guidé sur les sentiers voilés menant à la vallée d'Imladris, la femme avait espéré que le suivre à la rencontre de ces marchands lui épargnerait une soirée passée à côtoyer les Elfes. Espoir vain. Plusieurs d'entre eux se trouvaient autour de la table où quelques hommes, un nain et elle-même avaient été accueillis... Or, si Inzilaphel avait appris quelque chose des Elfes après en avoir côtoyé un bon nombre durant ses années au service du Relais, c'était qu'eux et elle n'avaient souvent que peu en commun. Son habituel empressement à quitter Mithlond ou Imladris lorsque sa route lui imposait de s'y arrêter en était la conséquence directe, et cette brève halte ne s'éterniserait pas davantage que les précédentes.

Image


Une soudaine interruption dans les paroles de Faelthand l'amena à davantage prêter l'oreille, suffisamment pour entendre l'un des Emissaires de la Forêt Noire couper le Thelion dans son élan. Approchant sa chaise de la table, Inzilaphel s'y accouda avec une légère moue : ces Elfes là savaient indéniablement comment se montrer vaniteux. Si elle s'était initialement montrée poliment courtoise, ayant à l'esprit de ne pas – trop – entacher la maison du Cerf d'Argent, la Coursière s'était ensuite plongée dans une réserve plus militaire que déférente. Plusieurs fois, elle se retint de répliquer à ceux sous-entendant que seul leur Peuple luttait en ces jours sombres. Plusieurs fois, elle soupira ostensiblement plutôt que leur rappeler que seul le sang du Gondor les protégeait contre tout ce que l'Udûn avait à déverser. Plusieurs fois sa fierté fut attisée, tantôt par leurs mots, tantôt par leur condescendance, mais elle se contenta néanmoins de les ignorer avec morgue. Elle était Dúnadaneth, et savait quelle importance avait la lutte menée par les siens au nord de l'Ithilien. Elle était Dúnadaneth, et ne doutait pas de sa valeur au point de s'être heurtée par les mots de ces Elfes. Et, encore moins, au point de se lancer dans des joutes oratoires afin de cajoler un égo souffrant, ainsi qu'eux le faisaient...

Plutôt que de participer à ces querelles Inzilaphel observait le Thelion du coin de l'œil, ne le quittant guère des yeux que pour plonger – avec un pincement à l'estomac – son regard vers les fours. Faute d'autres distractions pour traverser la soirée, elle s'amusa de le voir ainsi glissé dans ce rôle de marchand, le voir tenter d'assumer ses responsabilités vis à vis du commerce familial. Un destin non sans ironie, pour l'un de ces hommes... De tout ceux aujourd'hui rassemblés sous la bannière du Lond Daer, c'était aux Thelyn Dinen qu'allait la préférence d'Inzilaphel. Peut-être était-ce car lorsqu'elle avait rejoint le Cerf d'Argent pour servir de lien avec les Rôdeurs de l'Ithilien, ce fut avec un Thelion nommé Argalad qu'elle tissa une première camaraderie au sein de sa nouvelle Maison. Peut-être car depuis ces quelques vingt-cinq années, elle avait simplement apprit à les apprécier, eux, les héritiers de la Chimère orientale. Comme elle, ils étaient des guerriers avant toute autre chose. Comme elle, ils avaient suffisamment traversé des heures sinistres pour préférer un grand éclat de rire à une langue de velours, bien que contrairement à elle eux appréciaient particulièrement l'ardeur des batailles. Voir Faelthand accueillir avec sa naturelle bonne humeur la méfiance suffisante des Emissaires Elfes avait tout d'une scène cocasse.

Image


Au moment de quitter la compagnie de leurs hôtes le Thelion prit cependant le temps de se débarrasser du poids s'étant accumulé sur son cœur.

    « Ce que je vais maintenant dire n'a plus rien à voir avec la diplomatie. »

Sentant l'orage arriver, Inzilaphel avait sourit en entendant ces mots sortir de la bouche de Faelthand, et s'était levée à son tour. S'exclamant avec la manière abrupte et bourrue commune aux Thelyn Dinen, l'homme – lui-même Gondoréen – avait alors rappelé ce qu'elle-même avait passé sous silence au fil de la soirée. Elle lui emboita le pas, sans la moindre révérence, lorsqu'il se détourna de l'assemblée. Un instant plus tard, la voix de la femme avait non sans fierté fait écho au cri poussé haut et fort par Faelthand tandis qu'il quittait la Salle du Feu, tous deux se souciant peu des regards étonnés échangés par ceux présents dans la Dernière Maison Simple.

    « Je suis du Gondor ! »
    « Gondor ! »

Cette camaraderie n'assurerait néanmoins pas à Faelthand le soutien de la Coursière. Elle avait ses propres ordres à suivre, et si le Thelion désirait remplir les conditions énoncées par les Emissaires de la Forêt Noire, il ne pourrait compter sur un soutien qu'elle-même n'avait pas la liberté de donner...


Revenir en haut de page
Profil
MP
 
Andarius
Copiste

Messages : 141
Message Posté le: 2/03/2010 à 19:52    
Évaluer
Citer
 

*
* *


Chapitre II

Escarmouches et Gobelins


* *
*


Revenir en haut de page
Profil
MP
 
Andarius
Copiste

Messages : 141
Message Posté le: 2/03/2010 à 19:54    
Évaluer
Citer
 

[NB : Animation qui se déroula le 13 Août 2009]


Parchemin :
Au Capitaine Eadren Fairië
Fondateur des Libres Frontaliers.

Capitaine,

Permettez moi en préambule de vous remercier au nom de Maître Calanthir de la Maison Imrahad et du mien, pour l'aide que vous nous apportez dans la négociation du droit de passage à travers la Forêt Noire.

De même pour votre initiative d'une expédition militaire dans les Monts Brumeux afin d'y combattre les Gobelins et ainsi gagner la confiance des émissaires de sa Majesté Thranduil, en sus de pacifier une région qui n'en a que trop besoin. Si la chance daigne sourire aux combattants, peut être trouveront ils par la même occasion de ces reliques que, semblent, d'après ce que m'a indiqué Maître Gograne, rechercher ces Elfes.

C'est donc avec un grand plaisir que je vous prêterai ma lame, et celles de tous mes hommes disponibles, le temps de cette opération.

Dans l'attente de l'honneur de partager ce combat à vos côtés,

Ser Aedred Blanchétoile
Seigneur de la Maison Blanchétoile
Intendant par intérim de la Compagne de Bois Argenté


Revenir en haut de page
Profil
MP
 
Andarius
Copiste

Messages : 141
Message Posté le: 2/03/2010 à 19:56    
Évaluer
Citer
 

*Pli adressé au Siège de La Maison Blanchétoile*


Parchemin :
A Ser Aedred Blanchétoile,
Seigneur de la Maison Blanchétoile.

Ser,

J'ai bien reçu votre missive et vous y répond bien que tardivement.

Il me semble bien légitime d'oeuvrer pour le développement du Commerce avec les Pays de L'Est, de la façon dont je puis le faire. Au delà de ce fait, la sécurisation des Monts Brumeux constitue un enjeu militaire primordial pour tous les Peuples.

Je serais honoré de partager l'Expédition à venir avec vous ainsi qu'avec les votres. Sans doute nos troupes seront-elles limitées, car nombre des notres oeuvrent déjà sur différents Fronts, mais je reste persuadé qu'un petit Détachement habile agissant avec furtivité saura se montrer suffisamment efficace face à l'intelligence limitée des Gobelins.

Je garde cependant l'Espoir d'obtenir certains renforts, suite à l'affichage public effectué.

Que L'Espoir vous appartienne.

Eadren Fairië,
Capitaine des Libres Frontaliers.


*Pli affiché sur plusieurs murs de Bree*


Parchemin :
Avis,

Une Expédition militaire sera bientôt menée jusque dans Les Monts Brumeux, afin de stopper la récente recrudescence de l'activité des Orques.

Tout Combattant suffisamment aguerri pour affronter de tels adversaires, et pouvoir résister au froid des Montagnes, sera le Bienvenu afin d'étoffer les troupes des Peuples Libres.

Nul salaire d'aucune sorte ne sera versé pour cette Mission, à l'exception des butins de Guerre trouvés.

Rendez-vous est fixé au campement des Nains dirigé par Gloïn, au delà d'Imladris par le Nord.

Que L'Espoir vous appartienne.

Eadren Fairië,
Capitaine des Libres Frontaliers.


Revenir en haut de page
Profil
MP
 
Andarius
Copiste

Messages : 141
Message Posté le: 2/03/2010 à 19:57    
Évaluer
Citer
 

Le vent glacial tentait de s'engouffrer par rafales sous la toile, mais la tente était bien arrimée, les Veilleurs de Vindurhal connaissaient leur Affaire.
Eadren lutta quelque minutes contre l'odeur repoussante, mélange de sueur, de sang et de la puanteur des frusques Gobelines, puis sombra rapidement dans un sommeil aussi lourd que sa fatigue.

L'Expédition avait été un succés. Aucune perte, pas même de blessures graves, et prés de cent cinquante Gobelins occis, même s'ils n'avaient récupéré que trente-neuf Tabards, et quelques Reliques Elfiques. S'ils n'étaient que sept, les Combattants en avaient pourtant tiré un avantage certain. De Déplacements furtifs en Assauts violents et brefs, les Salles isolées par de longs boyaux s'étaient remarquablement bien prêtées à l'attaque du petit groupe, qui avait pu ainsi parcourir la quasi totalité de la Cité souterraine sans que l'alerte soit donnée, et vivement réduire les forces Gobelines. Par Sionedh, les Nains Gograne et Thrarinoaken, et Ser Aedred de La Maison Blanchétoile, Faelthand Rivechaumes, Yeleiyne et lui-même, la Mission promise aux emissaires du Roi Thranduil avait été accomplie.

[Texte : Eadren Fairië, des Libres Frontaliers]


Revenir en haut de page
Profil
MP
 
Andarius
Copiste

Messages : 141
Message Posté le: 2/03/2010 à 19:58    
Évaluer
Citer
 

*
* *


Chapitre III

La Relique des Elfes


* *
*


Revenir en haut de page
Profil
MP
 
Andarius
Copiste

Messages : 141
Message Posté le: 2/03/2010 à 19:58    
Évaluer
Citer
 

Confortablement et négligemment installé sur le canapé en bois près de la cheminée, calé par des coussins et les pieds reposant sur un des accoudoirs, Faelthand consultait le récit que lui avait remis Hriviel lors de leur dernier entretien. L'homme s'était rendu auprès de la Responsable de l'Etude afin de récupérer une relique elfe à fourguer aux émissaires du roi Thranduil.

Aux yeux du Thelion Din n'importe quoi aurait pu faire l'affaire : un coffret à bijoux ébréché, un fourreau usé d'une arme légendaire, un morceau de statue perdue depuis quelque guerre lointaine, un vieil arc en bois d'if gravé de runes... Hriviel ne lui donna cependant rien de tout cela et, là où Faelthand avait craint un refus pur et simple, elle lui avait aussitôt proposé un texte témoignant de faits révolus depuis un Age.

Occupé depuis quelques années à rassembler les textes et témoignages sur l'épopée des Thelyn Dinen, l'homme avait marqué autant l'intérêt que la surprise pour ce choix. Un rire s'était joyeusement échappé de sa bouche quand il avait appris les circonstances de la rédaction du récit.

Le texte contait l'histoire d'Aeglos, la lance du dernier Haut-Roi des Noldor à l'époque de la Dernière Alliance des Elfes et des Hommes. L'arme avec laquelle Gil-Galad défia Sauron dans une bataille qui devait s'avérer fatale à l'elfe. La Responsable de l'Etude avait choisi ce passage en souvenir d'un temps solidaire où chacun quittait son royaume pour aller affronter l'ombre ensemble. Un choix probablement déterminé par les échos que Hriviel avait eu de la réunion à Fondcombe...

Faelthand quant à lui ne retenait de cette histoire ancienne qu'un fait qui l'amusait au plus haut point : les elfes sylvains, dans leur hâte et leur inexpérience du combat en ligne, s'étaient rués sans attendre d'ordre et y avaient perdu leur roi et beaucoup des leurs.

Le Thelion Din posa le récit et récupéra la tasse de vin chaud ayant refroidi à la température qu'il affectionnait. Il but plusieurs gorgées et esquissa un sourire.

    "Ah ! Pour preuve de ma bonne volonté je vais rapporter à ces émissaires une relique leur rappelant qu'ils se sont faits poutrer lors de leur dernière grande bataille rangée. Tu parles d'un geste diplomatique... Ca me plaît !"

[Texte : Faelthand Rivechaumes
30 août 2009
]


Revenir en haut de page
Profil
MP
 
    Chapitres d'Estel -> Etude du Lond Daer Sujet précédent :: sujet suivant
 
Aller à la page 1, 2, 3  suivante