Chapitres d'Estel -> Etude du Lond Daer -> [Récit] CS : La Dernière Porte
 
Saelion
Messagers du Lond Daer
Maître du Relais

Messages : 47
Message Posté le: 31/05/2009 à 12:49    Sujet du message : [Récit] CS : La Dernière Porte
Évaluer
Citer
 

[HRP : texte récupéré par Elestil lors de la vente aux enchères de l'Association breearde.]





Saelion ne l'avait pas aperçue de prime abord. Installée dans une autre portion de la salle, elle était apparue dans son champ de vision tandis qu'il suivait Pengolodh se déplaçant vers un rayonnage tout en continuant son exposé. Le Sinda se figea, perdant le fil de ce que le Noldo lui contait.


Image



Les rais de lumière s'effilochaient dans sa chevelure tombant en cascade immobile d'or scintillant, effleuraient sa peau d'albâtre et rehaussaient les broderies argentées qui couraient discrètement sur sa robe bleue. Assise à une petite table ronde dans une alcôve dominée par une haute fenêtre, elle était plongée dans la lecture d'un livre, indifférente à ce qui se passait dans le reste de la bibliothèque. Sa main gauche se mouvait pour tourner une page selon le rythme régulier de sa lecture, laissant apparaître l'instant d'un mouvement gracieux et précis des doigts aux bouts arrondis. Elle ne portait pas de bijoux hormis un élégant collier déposant sur son cou un mince et plat fil d'or blanc. Une ceinture assortie à la broderie argentée de sa robe de facture simple mais élégante ceignait sa taille.
Plus que concentrée elle semblait absente, comme partie dans un rêve lointain tandis que les mots plongeaient vers ses yeux verts pour l'entraîner en d'autres lieux. Ou plutôt elle était elle-même ces autres lieux, centre d'un monde invisible qu'elle modulait d'un froncement de sourcils, d'un battement du pied, d'une esquisse de sourire, d'une inclinaison de la tête.
Pengolodh n'avait pas besoin de se retourner pour savoir ce qui perturbait ainsi Saelion : il savait qui se tenait souvent à l'endroit sur lequel se portait dorénavant toute l'attention du Sinda. Ce dernier continuait d'acquiescer à des propos qu'il n'écoutait plus et que le Noldo prenait un malin plaisir à rendre incohérents tandis qu'un sourire malicieux s'épanouissait sur son visage.


Elle arrêta soudain sa lecture sans pour autant être arrivée à la fin de l'ouvrage. Elle releva la tête, accordant au paysage qui s'étalait au-delà de la fenêtre un regard qui ne s'intéressait pas à ce qui était visible. Indifférente aux hautes tours élégantes, aux larges rues pavées, aux magnifiques demeures rehaussées de marbre, aux solides et lisses remparts de pierres blanches. Indifférente à la splendeur de Gondolin, cherchant à projeter sa vision au-delà des montagnes acérées barrant la ligne d'horizon dans les lointaines franges indistinctes de Tumladen. Un soupir vint mourir sur ses lèvres tandis que son regard se déchirait sur les arêtes rocheuses et retombait vaincu dans les contreforts. Elle se releva d'un geste vif et fluide, alla replacer le livre et quitta la bibliothèque sans prêter attention à ceux qui s'y trouvaient.


Image



Fixant une porte depuis longtemps fermée, Saelion gardait en mémoire la démarche alerte et souple, le flottement léger de la robe au-dessus du sol, la silhouette qui se dessinait à travers le tissu et la lumière qui baignait la salle de lecture, le mouvement soyeux des cheveux drapant le dos d'une cape dorée... C'est à peine s'il entendit Pengolodh, redevenu sérieux, lui parler de la femme qui venait de sortir. Etant née à Gondolin elle n'avait quitté Tumladen qu'à l'occasion, brève et douloureuse, de Nirnaeth Arnoediad. Malgré cela elle ne rêvait que de partir à la découverte du Beleriand, lassée de l'horizon limité qui s'offrait à elle. Nul ne pouvait cependant franchir les montagnes : le Roi l'avait interdit pour garder son royaume secret. Elle venait alors souvent à la bibliothèque, s'évadant en lisant les récits de ceux qui, plus anciens qu'elle, avaient connu le monde extérieur.

Saelion apprit aussi son nom mais il le garda tapi dans un coin de sa mémoire car, en référence au lieu et à la manière dont elle lui était apparue, il la nomma Nolëmirë dans la langue des Noldor. Et c'est ce nom qu'elle garda par la suite.


[HRP crédits
- musique : A.Vivaldi, concerto pour deux mandolines et cordes en G majeur (RV532).
- image : Max0083, Ted Nasmith]


Revenir en haut de page
Profil
Tribune
MP
www
 
    Chapitres d'Estel -> Etude du Lond Daer Sujet précédent :: sujet suivant